iTunes Match : les fichiers illégaux… resteront des fichiers illégaux

Depuis quelques jours, iTunes Match est disponible aux Etats-Unis. iTunes Match, c’est un service annoncé rapidement (par moi y compris) comme une sorte de licence globale, un système qui valide le piratage, le graal des amateurs de musique. Imaginez, Apple va « légaliser » votre musique téléchargée sur bittorrent et en plus en améliorant sa qualité… Mais en fait, il n’en est rien, une fois qu’on réfléchit un peu sur le service. Un fichier illégal va rester… un fichier illégal.

MAJ : petite mise à jour d’un texte paru à l’annonce d’iTunes Match.

Petit aparté pour expliquer ce qu’est iTunes Match : c’est un service payant (25 $/an) qui va permettre de distribuer, via le cloud, vos fichiers sur vos périphériques, de l’iPod touch au Mac en passant par l’iPad. Le principe est simple : Apple scanner votre bibliothèque composée de CD encodés (hum), les reconnaît (rehum) et vous propose ensuite de les (re)télécharger en AAC à 256 kilobits/s sur tous vos appareils. L’avantage par rapport à d’autres services est qu’on évite l’envoi des données dans le nuage (parce que le A de ADSL est énervant) : Apple va en fait vous envoyer le fichier utilisé sur l’iTunes Store, donc normalement de bonne qualité. C’est limité à 25 000 morceaux, ce qui est correct, et vu comme ça, ça semble excellent.

Le problème, c’est que les fichiers ne sont pas blanchis : un fichier MP3@128 kilobits/s mal encodé téléchargé illégalement, il reste illégal, même si Apple vous propose la version AAC@256 kilobits/s. C’est plus propre, mais ça reste illégal.

Imaginons : il est 6 heures du matin, on sonne chez vous. « Dites, monsieur, les fichiers musicaux, là, ils viennent d’où ? ». « De chez Apple ». « Vous avez une facture ? ». #FAIL.
Avec un CD original, ça devrait passer, sans, vous êtes exactement dans le même cas que si on trouve le mauvais MP3. Vos oreilles vont juste dire merci. Et les majors, qui ont touchés vos 25 $.

Accessoirement, l’exception à la copie privée — malgré des accords avec les majors — est limite avec le procédé d’Apple, parce que la copie privée, elle n’est pas faite par vous. Et en lisant stricto sensu la loi, Apple va avoir un problème : la loi réprime le fait « d’éditer, de mettre à la disposition du public ou de communiquer au public, sciemment et sous quelque forme que ce soit, un logiciel manifestement destiné à la mise à disposition du public non autorisée d’œuvres ou d’objets protégés ». Si Apple permet à madame Michu de recevoir une copie non-autorisée d’un MP3 protégé, Apple est en tort.

L’idée que l’accord avec les Majors adoube ce comportement est d’ailleurs amusante : les Majors, ce n’est pas la loi.

Et je rappelle aussi que si Apple a supprimé les DRM sur la musique depuis quelques années, lors du passage en 256 kilobits/s, les fichiers contiennent tout de même votre identifiant, donc il est assez simple de remonter à vous si vous partagez un fichier sans prendre de précautions.

Maintenant, il y a peut-être quelque chose que je n’ai pas compris, mais pour moi, iTunes Match ne va pas blanchir votre musique, au mieux vous proposer des fichiers de qualité. Si vous avez un avis intéressant, il y a les commentaires ;)