Sonnet : l’exemple d’un produit mal pensé

Sonnet, une société spécialisée dans les accessoires pour Mac, propose un adaptateur Thunderbolt vers ExpressCard, une bonne idée. Mais si je n’ai pas souvent envie de descendre un produit, là, c’est pourtant le cas. Je trouve que c’est personnellement un appareil mal pensé, surtout pour son prix de 150 $ (auquel il faut rajouter le prix du câble Thunderbolt d’Apple).

J’utilise pas mal de cartes ExpressCard sur mon MacBook Pro, et j’ai choisi un modèle 17 pouces en partie pour garder ce connecteur. Mais l’appareil de Sonnet a deux défauts. D’abord, il n’est compatibles qu’avec les cartes /34 (34 mm de large), alors que des cartes /54 existent et utilisent le même connecteur, il faut juste adapter la largeur de l’appareil.

La seconde, c’est les économies de bouts de chandelle : l’ExpressCard, c’est une ligne PCI-Express et un lien USB 2.0 dans le même connecteur. Sonnet, pourtant, se limite au PCI-Express. Concrètement, la société récupère directement le PCI-Express du Thunderbolt, et c’est tout. Alors qu’intégrer une puce USB 2.0 en PCI-Express dans le boîtier, ça augmenterait le prix de 5 $ (en visant large). Et c’est techniquement possible : Apple l’a fait dans son écran Thunderbolt.

Mais comme Sonnet ne l’a pas fait, impossible d’utiliser un modem 3G, certaines cartes son, etc.

Passons aussi sur l’absence d’un second connecteur Thunderbolt, ce qui empêche de chaîner l’adaptateur avec un autre appareil.

Dommage, parce qu’au final j’aurais bien acheté ce truc en conjonction avec un MacBook Air. Mais les erreurs de conception sont pour moi rédhibitoires…

Mise à jour : Encore plus drôle, MacGeneration a été contacté par Sonnet. Et l’adaptateur est incompatible avec les cartes USB 3.0 de la marque, les ExpressCard USB 3.0 utilisant visiblement le bus USB 2.0 pour l’alimentation… Encore un des (rares) avantages de la carte qui s’en va…