Utiliser des Freeplugs avec d’autres boîtiers CPL sous Mac OS X

Jusqu’il y a peu, j’utilisais du Wi-Fi entre deux bornes AirPort pour redsitribuer le réseau dans le salon (je n’avais pas envie de tirer un câble Ethernet). Si c’est globalement efficace en Wi-Fi 11n — je dépasse les 100 mégabits/s du switch du salon —, c’était un peu trop de Wi-Fi pour rien. Et j’ai eu l’occasion de passer au CPL, avec deux boîtiers Netgear (XAV1301, compacts) et un Freeplug de chez Free, issu d’une Freebox Révolution.



Il m’a fallu un peu de temps, mais c’est parfaitement fonctionnel.

Première chose, installer le programme de gestion de Netgear. Il fonctionne sous Mac OS X et gère en fait la majorité des boîtiers CPL du marché, Freeplug compris.

Pour faire simple, presque tous les boîtiers 200 mégabits/s et 500 mégabits/s utilisent la même puce, de chez Qualcomm (anciennement Atheros, anciennement Intellon). Donc le programme voit tous les boîtiers basés sur cette marque de puce et ils devraient tous arriver à communiquer entre eux. LesNumériques proposent la marche à suivre.

Première chose, créer la connexion entre deux CPL. L’idéal est de placer les deux CPL sur la même multiprise sans les relier au réseau Ethernet.

J’ai commencé par le Freeplug.

On branche le Freeplug, seul.
On attend qu’il s’allume en rouge fixe.
On presse le bouton/LED jusqu’à ce qu’il passe à l’orange en clignotant brièvement.
On débranche, on rebranche.

Là, le boîtier est prêt.

Maintenant, la méthode pour jumeler d’autres boîtiers, à répéter pour chaque boîtier.

Vous pressez le bouton du boîtier Free 2 secondes. Il va clignoter rouger/orange/vert en cycle.
Vous branchez le boîtier à jumeler sur la même multiprise et le laissez démarer (quelques secondes).
Vous pressez le bouton de jumelage du boîtier. Chez Netgear (dans mon cas), c’est 2 secondes.
Vous attendez et les deux boîtiers devraient communiquer.

Attention, vous avez 2 minutes environ avant que le boîtier Free sorte de son mode « jumelage ».

Si tout se passe bien, les deux boîtiers sont jumelés et peuvent maintenant être relié au réseau. Pour vérifier si tout se passe bien, il suffit d’en relier un à votre switch et de lancer le programme de Netgear. Normalement, il devrait voir les deux boîtiers et indiquer le débit de la liaison.

Attention, on est en CPL : avec des boîtiers 200 mégabits/s en théorie, n’espérez pas dépasser 70 mégabits/s en réel. D’une part, l’interface Ethernet intégrée est généralement du 100 mégabits/s, et ensuite il y a énormément de correction d’erreurs, donc il faut diviser le débit de la liaison par trois environ. Chez moi, les boîtiers synchronisent à 150 mégabits/s environ, ce qui donne 50 mégabits/s en réel (6 à 7 Mo/s en pratique, donc), assez pour streamer de la vidéo vers le salon et le téléviseur.

Chez moi, ça marche avec deux Netgear et un Freeplug. A priori, ça marche au moins aussi avec les boîtiers Lea (les Freeplugs sont des Lea remarqués) et sûrement la grande majorité des boîtiers du marché. Attention, al procédure de jumelage peut varier en fonction des marques, dans la troisième étape du jumelage d’un boîtier.

Enfin, quelques conseils pour éviter les mauvaises performances : ne pas placer les boîtiers sur une prise proche d’une prise TV (ça perturbe) ni sur une multiprise dans la mesure du possible. Si vous n’avez pas le choix, il faut éviter deux choses sur la multiprise : les lampes halogènes et les chargeurs de téléphones en général, ils perturbent très souvent les appareils.