Fusion Drive : une nouveauté intéressante

Ce qui m’a semblé le plus intéressant hier, c’est finalement une nouvelle fonction disponible sur l’iMac et le Mac mini : Fusion Drive.



Fusion Drive, c’est quoi ? Au premier abord, une solution de cache « SSD » : on utilise un disque dur classique et un SSD en parallèle pour accélérer le système, de façon transparente pour l’utilisateur. Un truc qu’Intel propose depuis un moment et que pas mal de constructeurs implémentent plus ou moins bien, que ce soit en software (Intel) ou en hardware (Seagate). Dans tous les cas, le SSD sert de mémoire cache et n’est pas directement accessible, les données présentes sur le SSD sont d’ailleurs présentes aussi sur le disque dur. Avec un disque dur de x Go, et un SSD de y Go, on a que x Go utilisables au total.

Chez Apple, c’est différent selon les premiers retours. Avec un système 1 To + 128 Go comme celui proposé pour 250 $ sur un Mac mini — c’est cher —, on a bien 1,1 To utilisables.

Selon Anandtech Apple montre un « disque » unique de 1,1 To, installe les applications et le système sur le SSD et les données sur le disque dur. Pour l’accélération, le fonctionnement est simple : un « cache » de 4 Go est présent sur le SSD et toutes les écritures sur le volume sont dirigées sur ce cache. Si les données à écrire sont plus importantes, elles sont automatiquement envoyées sur le disque dur. Le système va ensuite gérer en arrière-plan les transferts entre le cache et le disque dur, de façon transparente pour l’utilisateur.

La seconde optimisation consiste à placer les données fréquemment utilisées sur le SSD et les données peu utilisées sur le disque dur. Comme dans la démonstration, si vous utilisez beaucoup iPhoto et que la bibliothèque n’est pas trop grosse, elle va passer physiquement sur le SSD. De même, les films que vous regardez une fois par an seront stockés sur le disque dur.

Le système ne cache pas la présence de deux périphériques de stockage physique, il s’agit simplement d’un volume qui utilise les deux périphériques. Selon Anand, c’est un SSD classique basé sur un contrôleur Samsung (comme dans les MacBook Pro Retina et une partie des MacBook Air) qui est de la partie. Le SSD est au format « barrette » comme dans les MacBook Pro Retina et MacBook Air (bis) dans les iMac. Dans le Mac mini, on peut supposer qu’Apple utilise un classique SSD en format 2,5 pouces.

Selon ArsTechnica, c’est Core Storage qui est de la partie pour la gestion du volume, une technologie déjà utilisée par FileVault 2 depuis Mac OS X Lion pour prendre en charge le chiffrement intégral du périphérique de stockage.

Les questions qui tuent : est-ce qu’il va être possible de gérer manuellement SSD et disque dur ? A priori oui selon les retours d’Anandtech. Est-ce que Fusion Drive sera accessible sur d’autres machines ? Pas par défaut, connaissant Apple. Les machines Apple acceptant directement deux périphériques de stockage sont rares — quelques Mac mini, les Mac Pro, quelques iMac — et je doute qu’Apple laisse les utilisateurs activer Fusion Drive. Je peux me tromper, et les acheteurs d’iMac 2010 ou 2011 avec SSD apprécieraient, mais j’en doute.

Après, il y a beaucoup de chances que Fusion Drive puisse être activé manuellement en ligne de commande et que des logiciels permettant de la faire facilement arrivent rapidement, tout du moins dès que OS X 10.8.3 sera là. Et ce sera le bon moment pour installer un disque dur à la place du lecteur optique dans un MacBook Pro…

Dans tous les cas, j’essayerais de l’activer dès que possible…