OWC Aura Pro et Envoy : un SSD pour MacBook Air en test

Il y a un peu plus d’un an, j’ai acheté un MacBook Air 2012 avec un SSD de 128 Go. Je venais d’un MacBook Pro avec 2x 256 Go, mais j’espérais que des SSD externes rapides compenseraient la perte en interne, étant donné que je bouge finalement assez peu. Mais finalement, je me suis rendu compte que la capacité était un problème et j’ai donc investi dans un modèle OWC de 240 Go, un Aura Pro 2012. Il y a d’ailleurs un test de ce modèle sur MacG.co.
OWC

J’en avais déjà parlé, OWC propose une gamme complète pour tous les MacBook Air, vu qu’Apple a changé le format du SSD à chaque génération (ou presque). Pour les modèles 2012, OWC propose trois capacités : 120, 240 et 480 Go. On peut soit acheter le SSD seul, soit dans un kit comprenant un adaptateur USB 3.0 et des tournevis adaptés.

Aura Pro

Aura Pro

Le SSD en lui-même est imposant, le format d’Apple étant nettement plus grand que le mSATA standardisé. Il utilise un contrôleur SandForce SF2281 (comme le SSD original de mon modèle) et de la mémoire flash dont je n’ai pas trouvé les caractéristiques. Etant donné qu’il ne provient pas de chez Apple, le TRIM n’est pas activé par défaut et il faut donc le faire manuellement.

L’installation elle-même est simple : quelque vis à enlever et le SSD est accessible directement, rien à dire. Pour l’installation du système, le mieux est de passer par l’EFI, pour être certain de récupérer la partition de restauration, même si ça peut prendre du temps.

Les performances sont correctes pour un modèle à base de SandForce : 460 Mo/s en lecture et 320 Mo/s en écriture. Les modèles Samsung des MacBook Air 2012 et les modèles SATA Express des modèles 2013 sont plus rapides, mais ça ne change pas grand chose dans la pratique.

Le boîtier USB 3.0 est par contre un peu décevant : il est très long, la prise USB 3.0 est latérale, ce qui est peu pratique, et les performances sont moyennes. OWC utilise un contrôleur Asmedia limité au SATA 3 gigabits/s en interne et l’UASP n’est pas de la partie, ce qui limite un peu les débits. En pratique, il atteint environ 255 Mo/s alors qu’un bon boîtier USB 3.0 peut monter à environ 400 Mo/s. Malgré tout, il est reste nécessaire : c’est la seule solution disponible pour réutiliser le SSD original…

Le vrai problème, merci Apple, c’est le prix : 320 $ pour le kit, soit environ 250 €. C’est assez cher pour un SSD de 240 Go avec un boîtier USB 3.0, et c’est évidemment lié à la connectique propriétaire d’Apple et à l’absence de concurrence dans ce domaine, étant donné qu’il s’agit très clairement d’un marché de niche.