Toshiba FlashAir : une carte SD Wi-Fi en test

Récemment, on m’a offert une carte SD Wi-Fi, qui a la bonne idée d’être compatible Mac OS X et iOS. Petit test.
_MG_1926 - copie

Bon, en préambule : mon rêve, c’est un appareil qui se connecte à un réseau Wi-Fi automatiquement et me propose les photos sur un partage réseau accessible via Bonjour. Oui, je rêve un peu.

La carte Toshiba

La carte Toshiba

La carte SD de Toshiba est un modèle de 16 Go en Classe 10, qui intègre un contrôleur Wi-Fi et un Linux intégré. Le fonctionnement de base est simple : la carte émet son propre réseau, on se connecte dessus et on a accès aux photos. Petit bonus, la carte peut se connecter à un réseau Wi-Fi pour garder un accès à Internet. Avec un iPhone, normalement capable de basculer sur le réseau cellulaire si le réseau Wi-Fi n’a pas accès à Internet, ça ne sert pas trop, mais bon.

La carte Toshiba

La carte Toshiba

Premier point, il faut passer par un ordinateur (sous Windows ou Mac OS X) pour configurer la carte. Par défaut, on a un mot de passe idiot (12345678) et la carte ne se connecte évidemment pas à un réseau. Dans les faits, le mode qui permet de connecter la carte a un réseau est une blague : sur une connexion fibre optique avec un réseau Wi-Fi rapide, j’ai obtenu royalement 130 kilobits/s.

L'interface

L’interface

Sous Mac OS X et Windows, on a accès aux photos via le navigateur, avec iOS et Android, il y a des applications. Pas de partage sur le réseau, dommage. Globalement, c’est assez lent mais ça fonctionne, et l’interface Web permet d’effectuer quelques réglages, c’est déjà ça.

Le problème, c’est que… ça n’apporte rien. Il faut se connecter au Wi-Fi, lancer une application, charger les photos, et ça prend autant de temps que de tirer la carte et la mettre dans un lecteur de cartes. Même sur un iPad, Apple propose un lecteur de cartes (pour connecteur 30 broches et pour connecteur Lightning).

C’est amusant 5 minutes, c’est sûrement utile dans certains cas, mais c’est trop contraignant pour être vraiment efficace. Dommage.