Atari ST, Spectre GCR et Macintosh

Saviez-vous qu’à une époque, il était possible de transformer un Atari ST en Macintosh ? Avec l’aide d’un collègue fan d’Atari (Brume sur l’Atari-Forum), nous avons remis en marche un Spectre GCR.
In English.
atari520st-left

Le Spectre GCR est une carte d’extension pour les ordinateurs d’Atari qui — couplée à un logiciel dédié — permet d’émuler un Macintosh Plus. Emuler n’est pas le mot exact étant donné que les Atari et les Macintosh de l’époque utilisent le même type de processeurs (des 68000), mais l’idée est là : on va lancer le système d’exploitation des Macintosh sur un Atari.

Pour des raisons légales (et pratiques), il faut insérer une ROM de Macintosh dans la carte Spectre GCR. Un des avantages de la carte (ce que ne faisait pas la version précédente), c’est qu’elle est capable de gérer les disquettes des Macintosh, qui utilisent un codage GCR, ce qui explique le nom de la carte. En simplifiant, les lecteurs Apple ont une vitesse de rotation variable et des secteurs qui ont taille physique fixe, alors que les lecteurs classiques (PC, Atari, etc.) ont une vitesse de rotation fixe et des secteurs de taille physique variable. La carte Spectre GCR va contrôler le lecteur de l’Atari (via un câble) pour qu’il accepte les disquettes Apple.

La carte

La carte

Pour le test, nous avons utilisé un Atari 520 STe monté à 4 Mo de RAM, une machine avec un 68000 à 8 MHz. La sortie vidéo était en 640 x 400 en monochrome, en VGA sur un écran LCD. La carte Spectre GCR contenait une ROM de Macintosh Plus. Globalement, on a à peu près les performances du Macintosh Plus, qui était équipé du même 68000 à 8 MHz et de 4 Mo de RAM au maximum, mais avec une définition supérieure (il était en 512 x 342).

L'Atari

L’Atari

Le problème des disquettes

Premier truc à savoir, l’Atari ne lit que les disquettes double densité (les 800 ko des vieux Mac). C’est un souci pour transférer des données, pour plusieurs raisons. La première, c’est que les disquettes DD sont rares en 2014, il faut donc modifier des disquettes HD de 1,44 Mo. La seconde, c’est que pour lire une disquette DD… il faut un lecteur compatible. Mauvaise nouvelle, les lecteurs USB se limitent aux disquettes HD. Enfin, Mac OS X ne peut que lire le format HFS classique depuis quelques versions.

Plus concrètement, la solution la plus efficace pour créer un jeu de disquettes d’installation pour le Spectre GCR est d’utiliser un Mac que l’on peut connecter à Internet (Apple propose des images de pas mal de trucs) et équipé d’un lecteur de disquettes interne, mais je n’en ai pas. La solution a été de télécharger les données sur une machine récente, transférer le tout vers un vieux Mac (via USB) avec un Mac OS X capable d’écrire des disquettes en HFS, copier les images (de 800 ko) sur une disquette de 1,44 Mo, la brancher sur un (très) vieux Mac avec un lecteur interne et enfin écrire les données sur des disquettes de 800 ko. Je passe les soucis de logiciels pour écrire les images (merci ResEdit…).

Système, jeux, etc.

On a d’abord testé avec les disquettes du System 6.08. Ca fonctionne une fois qu’on a lu le (très amusant) manuel. Pour l’installation sur le disque dur, ça fonctionne aussi, avec un disque dur externe. Nous avons utilisé un émulateur de disque dur sur cartes SD, mais j’ai lu que ça passait même avec un disque dur de Macintosh via un adaptateur SCSI/ACSI (l’interface des Atari). Ca fonctionne normalement avec n’importe quelle version du système jusqu’à la 6 (sauf le tout premier système). Le System 7 ne fonctionne pas et il faut trouver des images en version 800 ko.

System 6 démarre

System 6 démarre

En théorie, on peut utiliser des imprimantes, mais je n’ai pas de câbles (et la flemme de déplacer mon ImageWriter II).

En gros, on met la disquette du programme Spectre, on lance le programme, on configure (mémoire, son, etc.), on lance un Mac virtuel et on choisit le périphérique de démarrage (disquette, disque dur, etc.). Sur un Atari avec 4 Mo de RAM, il reste environ 3,6 Mo pour le système d’Apple, comme le montre la capture.

Le bureau

Le bureau

Le démarrage en vidéo.

Pour tester, on a installé un jeu (Shufflepuck Café, idée venue après avoir lu cet article sur Ulyces) et il marche parfaitement, de façon aussi fluide que sur un vrai Mac.

Après, le manuel indique que tout ne fonctionne pas. Typiquement, les programmes qui utilisent la ToolBox (en gros, des API standardisées) fonctionnent, ceux qui attaquent directement le processeur ou la mémoire en fonctionnent pas. Comme le montre la photo, on peut même planter le Mac virtuel.

Planté

Planté

Globalement, c’était une expérience amusante. Et à l’époque, c’était intéressant : l’Atari TT030 avec la carte Spectre GCR était plus rapide qu’un Macintosh II de l’époque, par exemple, même si le 68030 n’était pas utilisé avec tout son potentiel.