Hue Tap : la télécommande sans fil… et sans pile

Depuis cet été, Philips propose un outil intéressant pour accompagner les lampes de la gamme Hue : une télécommande, le Hue Tap. Point étonnant, le Hue Tap fonctionne sans fil… et sans pile(s). Chez moi, il remplace avantageusement la télécommande SmartLink de Philips.
516rYt29W9L._SL1500_

Premier point, l’appareil, sans être cheap, est totalement en plastique. Ca reste qualitatif, mais pour une télécommande vendue 60 €, ça fait quand même bizarre de ne pas avoir de métal pour la structure externe.

Une jolie photo de presse

Une jolie photo de presse

Second point, les boutons. On a trois boutons de petites tailles, très visibles, mais l’intérieur de la structure est aussi un bouton, c’est-à-dire que l’on doit presser l’ensemble de l’appareil. A un moment où les boutons tactiles sont à la mode, le Hue Tap demande aussi une certaine force : comme il n’y a pas de source d’énergie interne, c’est la pression des boutons qui fournit l’énergie nécessaire à l’envoi des commandes (par Zigbee) et il faut donc presser les boutons suffisament fort, jusqu’à un clic audible. C’est a priori un système piézoélectrique qui est utilisé (je ne l’ai pas démonté pour vérifier).

A l’usage, un point à savoir : on n’est pas devant un interrupteur classique. En clair, on va programmer chaque bouton pour une action prédéfinie (par exemple « < strong >éteindre toutes les lampes ») et c’est la seule commande qui sera de la partie. Utiliser le même bouton pour « allumer toutes les lampes » n’est donc pas prévu, il n’y a pas de sélection en fonction de l’état des ampoules. C’est un peu déroutant par rapport à un interrupteur, qui allume et éteint les lampes avec le même bouton.

Dans l’application Hue, ce n’est pas très clair : l’appareil est vu comme un « dispositif », alors que les lampes sont vues comme des « lumières ». Une fois qu’on a compris ça, c’est bon : on peut configurer chaque bouton et le lier à un scénario dans l’application.

Un dispositif

Un dispositif


Configuration

Configuration

Dans la pratique, c’est assez efficace : on prend vite le plis pour presser correctement les boutons, l’appareil est léger, il est possible de le fixer facilement à un mur et ça se configure assez facilement. Pour moi, il a deux défauts : le premier, c’est son prix de 60 €, le second, c’est le fonctionnement même des boutons, qui n’agissent pas comme des interrupteurs. Proposer une solution pour modifier la fonction liée à un bouton par rapport à l’état des lampes serait un plus.

Après, libérer les lampes Hue d’un smartphone est finalement une idée assez intéressante même si c’est assez étonnant. Philips revient en fait au SmartLink, sorte de prédécesseur (compatible) des Hue, mais avec quelque chose de mieux fini, plus simple à configurer, et on a le meilleur des deux mondes.