WMV HD, la HD avant la HD (ou la joie des DRM)

Au début des années 2000, avant la sortie des formats dédiés comme le HD DVD et le Blu-ray, quelques films ont été proposés en haute définition (720p ou 1080p) sur des DVD, en utilisant un codec de Microsoft. Les films « WMV HD » utilisent le codec Windows Media Video 9 de Microsoft, plus connus sous sa version standardisée, le VC1.
wmv-hd-78354470

Les films en WMV HD étaient généralement proposés en « bonus » d’un DVD, sur un DVD-ROM lisible sur PC. Trois possibilités dans ce cas-là : un film sans protection (rare), un film protégé avec un DRM « offline » et un film protégé avec un DRM « online ».

Commençons par le premier cas : pas de DRM. C’est assez rare, mais la version spéciale allemande du film Total Recall (la version originale des années 90) le propose. Sur le troisième DVD, on trouve en effet un fichier de 7,5 Go qui contient le film en 720p (8,5 Mb/s) avec une bande son en anglais et une en allemand.

Ca fonctionne

Ca fonctionne

Aucun souci pour lire la vidéo dans un lecteur compatible (au hasard VLC) sur un Mac.

Second cas, des DRM, mais avec une protection disponible sur le disque (ça aide). Le meilleur moyen de vérifier s’il existe une licence sur le disque est de chercher le programme licgen.exe à la racine du DVD. Ensuite, il faut mettre le système à une date ancienne (aux environs de celle du pressage du DVD, 2005 dans mon cas) et de lancer le programme. Normalement, ça devrait fonctionner sous Windows Media Player, même si c’est assez aléatoire en fonction des versions.

J’ai essayé de supprimer les DRM, mais impossible : tous les programmes nécessitent une licence valide (ce que j’ai) et un gestionnaire de licence (IBX) ancien, ce que je n’ai pas. Je suppose qu’avec une ancienne version de Windows ça peut peut-être fonctionner.

Enfin, le dernier cas, ce sont les (rares) disques sans gestionnaire de licence. Le cas emblématique est Terminator 2, la version Extrême est tout simplement illisible en 2015 : le serveur de licences n’existe plus. Les joies des DRM.

FAIL

FAIL