D-VHS : les VHS en 1080i et Mac OS X

Avant le Blu-ray et le HD DVD, il y a eu une tentative de diffuser de la vidéo en haute-définition dans les foyers, avec… des VHS. Plus exactement, des DVHS, c’est-à-dire des cassettes contenant de la vidéo numérique. Quelques dizaines de films sont sortis, avec de la vidéo en 1080i.
03

Une peu de technique, d’abord. Les DVHS peuvent contenir entre 25 et 50 Go de données, avec un bitrate variable : de 2,8 Mb/s à 28 Mb/s. Dans ce dernier mode, la vidéo est généralement encodée en MPEG-2 et en 1080i, ce qui permet d’obtenir une qualité d’image proche de celle des premiers Blu-ray, qui utilisaient aussi du MPEG-2 avec des débits de cet ordre. Ce n’est pas aussi bon que du H.264 en 1080p, mais ça reste excellent tout de même.

Les DVHS commerciales portent le nom de D-Theater et sont protégées par un DRM, le DTCP, qui n’a pas réellement été cracké. Les magnétoscopes DVHS utilisent une connexion FireWire pour se relier à un téléviseur ou un décodeur compatible (certains téléviseurs HD de l’époque ont une prise FireWire) et il est possible de lire le contenu d’une cassette depuis un Mac, à la manière des cassettes DV. Les cassettes protégées par DTCP ne permettent pas ce transfert (et ne sont pas lisibles sur les magnétoscopes qui ne prennent pas en compte DTCP). Visiblement, il y a une faille dans certains décodeurs qui permet de récupérer le flux en passant par de l’USB, mais je n’ai pas trouvé d’informations fiables sur le sujet.

Une D-Theater

Une D-Theater

Point intéressant, pour ceux qui ont des magnétoscopes DVHS, Apple a proposé des outils pour prendre le contrôle des appareils et donc récupérer des données enregistrées depuis un décodeur ou sur des cassettes sans DTCP. Le SDK FireWire d’Apple (la version 26 est disponible pour les développeurs) contient en effet quelques logiciels pour capturer le flux vidéo d’une DVHS ou pour commander un magnétoscope relié en FireWire.

Pour la capture

Pour la capture


Commander un lecteur

Commander un lecteur

Dans les faits, le format est mal connu et assez rare : sorti uniquement aux Etats-Unis pour les cassettes enregistrées, il demandait des lecteurs assez onéreux. Si la qualité des images était bonne, le format a souffert de l’absence de téléviseurs vraiment adaptés, le Full HD était très rare et cher en 2002, et des inconvénients des cassettes, comme la taille, l’absence d’accès rapide, etc.