Pretty Damn Quick

Si vous connaissez un peu les anciens PowerBook, vous avez peut-être entendu parler du PowerBook G3 « PDQ », un sigle qui veut dire « Pretty Damn Quick ». Bien évidemment, la rumeur lie ce nom à Steve Jobs…
NepjSXiR3lCrVBGY.standard

Le PowerBook G3 Wall Street (plus exactement, les PowerBook G3) datent de mai 1998. La gamme est assez large : écrans de 12, 13 et 14 pouces, processeurs variés, etc. Mais il y a énormément de problèmes : les modèles de base n’ont pas de mémoire cache de niveau 2, ce qui donne des performances déplorables, l’écran 12 pouces à matrice passive est franchement mauvais et le modèle avec un écran de 13 pouces a des problèmes de nappe. Sur les modèles rapides, l’utilisation d’un bus rapide, avec une fréquence atypique de 83 MHz pose des soucis de surchauffe, surtout sur le modèle doté d’une mémoire cache de 1 Mo.

Après cinq mois de ventes, Steve Jobs a — selon la légende — fait régler le problème « Pretty Damn Quick », ce qui a donné le nom de code du Wall Street II, PDQ. La gamme est resserrée : tous les modèles ont un écran de 14 pouces, tous les processeurs ont de la mémoire cache (512 ko ou 1 Mo) et tous les processeurs utilisent un bus à 66 MHz (le modèle à 300 MHz est donc parfois plus lent que l’ancien modèle à 292 MHz en bus 83 MHz). Le nom est resté, la légende aussi.

La connectique

La connectique

A noter que le Wall Street PDQ reste un modèle de transition, encore équipé de l’ancienne architecture avec une ROM dédiée. Steve Jobs poussera assez rapidement des appareils avec une nouvelle architecture sans ROM dédiée, avec le Lombard en 1999 dans la gamme PowerBook.