Le bricolage du ZIP 250 externe et son adaptateur « PCMCIA »

Parfois, des constructeurs font des choses « bizarres » pour réduire les coûts ou pour simplifier le matériel. Le cas du premier ZIP 250 externe de chez Iomega est intéressant : il propose un connecteur externe plutôt étonnant.
Iomega-ZIP-250-Logo.svg

La première génération de ZIP 250 externe est alimentée par un transformateur externe (et pas par l’USB comme les versions suivantes) et propose un port d’extension en plus de la prise USB de type B. De prime abord, il ressemble à une prise SCSI de type Centronics, et il est utilisé pour connecter un adaptateur PCMCIA ou un adaptateur FireWire. Sans connaître son fonctionnement exacte et en regardant ce qu’Iomega proposait à l’époque, on peut supposer qu’il s’agit soit d’une carte PCMCIA vers SCSI, soit éventuellement d’une carte PCMCIA vers USB. La réalité… c’est qu’il s’agit d’un simple câble passif.

La prise

La prise


L'adaptateur

L’adaptateur

Le connecteur en question est une simple prise ATA propriétaire. Petit aparté : les lecteurs ZIP « USB », comme pas mal de truc de l’époque (LS120 notamment), intègrent des lecteurs ATA (IDE) en interne, avec un adaptateur USB intégré. Dans les premiers lecteurs ZIP 250 externes, donc, Iomega intègre un bridge USB mais déporte aussi le connecteur du lecteur en externe. L’adaptateur PCMCIA se contente donc de relier le bus ATA du lecteur au bus ATA interne du PCMCIA. J’avais expliqué ça pour le Clik!, le principe est le même : le bus PCMCIA original (16 bits) dérive de l’ISA, tout comme l’ATA et une compatibilité directe existe.

En clair, le lecteur ZIP se connecte directement à un bus ATA, on le voit très bien sur la capture. Ca permettait à l’époque à Iomega de proposer un adaptateur PCMCIA pas trop cher, étant donné qu’il ne contient pas réellement d’électronique. De plus, ça fonctionne sans pilotes sur la majorité des OS.

Bus ATA

Bus ATA


ATAPI

ATAPI

L’adaptateur FireWire utilise le même connecteur, il contient simplement un bridge ATA vers FireWire, ce qui était assez courant.