Décoder les images de charme des CD-ROM de magazines

Je détaille un peu ça dans le Canard PC Hardware (en kiosque), mais si vous avez déjà lu des magazines dans les années 90, vous avez sûrement remarqué une chose : il y avait des images de charme (pas l’arbre, mais une façon pudique de dire des images pornographiques) sur les CD-ROM. Internet n’était pas encore très courants dans les foyers et les magazines en profitaient pour faire de l’argent, avec un passage obligatoire par le Minitel et son 3617 très rémunérateur (~1 € la minute). Mais c’est pourtant l’enfance de l’art de regarder les images sans payer.
vlcsnap-2015-10-25-13h47m14s053

J’ai d’autres exemples dans le Canard PC Hardware, et vu la thématique du blog, j’ai simplement choisi un CD d’Univers Macworld (merci Alban) pour vous montrer deux techniques très simples pour regarder les images. Première étape, copier le contenu du répertoire sur le disque dur. J’ai utilisé un émulateur pour vous montrer comment ça fonctionne.

Première version, simple : le programme ouvre par défaut le fichier charme.cxt, il suffit donc de renommer (ou supprimer) ce fichier. Une fois que c’est fait, le programme demande où il se trouve et il suffit de choisir un des autres fichiers (deux fois) pour obtenir les images en clair. On peut noter que le programme a été adapté d’une version DOS, vu la présence d’un anachronique C:\ dans la fenêtre.

L’autre technique est plus amusante : les codes sont en fait en clair sur le CD. Il suffit d’ouvrir le fichier PRG.DXR avec un simple éditeur de texte pour découvrir les codes des différentes images. Petite démonstration (toujours dans l’émulateur).

Globalement, la « protection » n’a aucun effet, elle est juste là pour éviter de mettre les images en clair. A noter que comme certains magazines de l’époque publiaient les méthodes pour accéder aux images (Pirates Mag pour ne pas le nommer), la protection a évolué dans le temps, d’une absence de chiffrement ou des trucs basiques comme un simple XOR sur les fichiers, on est rapidement passé à des chiffrements en DES.