CoreCrib, le clone de Mac qui n’en était pas totalement un

En 2003, une société a eu une idée saugrenue : lancer des clones de Mac. 2khappyware proposa donc le CoreCrib, avant (évidemment) de se faire fermer par Apple.
og

L’idée d’origine n’est pas idiote : récupérer une carte mère de Mac et installer des composants classiques issus de PC, ainsi que des processeurs d’upgrade, le tout dans un boîtier PC.

La version CoreBox, dans un boîtier compact, valait 350 $ avec une carte mère de Power Mac G4 (un modèle Gigabit) sans CPU et sans accessoires, et à partir de 700 $ pour un système complet. Le CoreCrib, dans une tour classique, valait 380 $ de base, avec une alimentation de G4 (340 W) et la même carte mère. C’est un modèle assez complet : elle accepte les G4 classique ou dual, trois cartes PCI, une carte AGP et même une carte AirPort.

Le boîtier

Le boîtier

Dans les défauts, il faut noter que la carte n’accepte que les G4 en bus 100 MHz et qu’il est évidemment nécessaire de trouver une carte graphique compatible avec les Mac, c’est-à-dire avec une ROM compatible Open Firmware. La société déconseillait de flasher une carte PC pour éviter les soucis, mais en mettant en même temps en avant cette possibilité, ce qui relevait un peu de l’hypocrisie.

Ca a moins de gueule qu'un vrai G4

Ca a moins de gueule qu’un vrai G4

Divers modèles existaient : soit des kits comprenant boîtier + carte mère (380 $), soit les mêmes avec un CPU. Ca allait de 680 $ (G4 800 MHz) à 950 $ (G4 1 200 MHz) en passant par 850 $ (G4 1 GHz) pour des solutions avec un seul CPU. Les versions avec deux processeurs valaient plus : 1 100 $ (2x 900 MHz), 1 200 $ (2x 1 GHz) et 1 350 $ (2x 1,2 GHz).

Pour 700 $ (nettement moins qu’un Mac classique), la société livrait une configuration proche d’un G4 de 1999 : un CPU à 350, 400 ou 450 MHz, 256 Mo de RAM, une Rage 128 Pro, un lecteur de CD-ROM et un disque dur de 20 Go. D’autres modèles existaient, avec des prix plus élevés.

Pour éviter les déboires avec Apple (même si ça n’a pas fonctionné), les machines étaient vendues sans OS, en expliquant simplement qu’il était possible d’installer Mac OS (ou Mac OS X) comme sur un vrai Mac, vu que la carte mère provenait de chez Apple. Visiblement, Apple n’a pas trouvé de failles légales pour fermer la société, mais a simplement fait pression sur les sous-traitants qui revendaient les vieilles cartes mères, pour couper les sources d’approvisionnements.