La manette sans fil de la Pippin

Je reviens un peu avec la Pippin, parce que j’ai enfin mis la main sur un accessoire sympathique sans vendre un rein : la manette sans fil.


Sans prendre en compte les variantes noires américaines, il existe trois types de manettes : la classique, filaire en P-ADB, la version pour Mac (identique, mais avec un connecteur ADB) et la rare (et onéreuse) version sans fil (PA-82014).

Années 90 oblige, la manette n’utilise pas des ondes radio mais de l’infrarouge. Un boîtier de réception assez imposant se branche en P-ADB sur la console et la manette doit avoir (vaguement) un angle de vue vers ce dernier.

Le récepteur

La manette elle-même reste très proche de la version classique, avec deux différences. Premièrement, elle intègre des emplacements pour des piles AAA (4) dans les branches. Deuxièmement, elle utilise trois LED infrarouges sur l’arrière. Vu le positionnement, les LED envoient les commandes dans plusieurs directions en espérant que le signal passe par réflexion. De fait, la manette fonctionne même sans un angle de vue direct vers le récepteur, tant qu’on ne cache pas totalement les LED. C’est moins bien que de la radio, mais beaucoup mieux que les copies de manettes Mega Drive que j’ai pu tester assez régulièrement par exemple : ça ne coupe pas au moindre obstacle. Je n’ai pas ressenti de latence, mais en même temps les jeux manquent tellement de précision qu’il est difficile de le vérifier.

L’emplacement des piles


Les LED infrarouges


Trois manettes

Prochaine étape, vérifier si des jeux permettent de jouer à trois…