L’AC3-RF des LaserDisc

En plus d’un décodeur LD-G, j’ai aussi récupéré récemment un démodulateur AC3-RF, en direct du Japon.


L’AC3-RF, j’en ai déjà parlé, c’est le Dolby Digital des LaserDisc, une des deux techniques (avec le DTS) qui permet de stocker du 5.1 sur un disque qui contient à l’origine un signal analogique.

L’AC3-RF n’a rien de spécial au niveau technique : il s’agit d’un flux AC3 classique avec un débit assez faible (384 kilobits/s), en 5.1. Les DVD utilisent le même codec avec un débit souvent plus élevé (448 kilobits/s ou 640 kilobits/s) et les Blu-ray montent évidemment plus haut. Ce qui est intéressant, c’est la façon de le stocker.

L’AC3-RF, comme son nom l’indique, est modulé en fréquence dans un signal analogique. Sur le LaserDisc, l’AC3-RF prend en effet la place de la piste analogique de droite, laissant – sur les LaserDisc NTSC – une piste audio analogique mono (la gauche) et une piste stéréo numérique pour les lecteurs qui ne peuvent pas décoder l’AC3. Cette façon de faire élimine de facto l’usage de l’AC3 dans les lecteurs PAL : ils ne peuvent pas contenir un bande son analogique et une bande son numérique simultanément, contrairement à la variante NTSC. Un éventuel LaserDisc avec de l’AC3 en PAL ne proposerait en effet que de l’analogique en mono pour ceux qui ne décodent pas l’AC3. De plus, la majorité des lecteurs PAL de la seconde vague (années 90) n’accepte tout simplement pas les pistes analogiques.

Pour récupérer le signal, les lecteurs de LaserDisc intègrent une prise AC3-RF, sous la forme d’une sortie en RCA. Techniquement, c’est assez basique : le signal est directement celui stocké sur le LaserDisc, sans traitement en dehors d’un filtre pour ne garder que le signal audio (et ce n’est pas systématique). Cette simplicité permet d’ailleurs à pas mal de lecteurs d’être modifiés pour ajouter une sortie AC3-RF. Le défaut de cette solution vient évidemment de la démodulation nécessaire.

Un démodulateur

Pour transformer l’AC3-RF en signal numérique, il existe deux solutions. La première consiste à utiliser un amplificateur qui dispose d’une entrée AC3-RF directement. Une partie des décodeurs « home cinéma » des années 90 dispose d’une entrée de ce type et décode donc directement l’AC3-RF. L’autre solution, nécessaire avec un appareil moderne, passe par un démodulateur. Il s’agit d’un petit boîtier qui va récupérer le signal AC3-RF en entrée et sortir un signal AC3 classique dans une prise S/PDIF en sortie. Dans mon cas, j’ai un Yamaha APD-1 en version japonaise, qui peut sortir en optique ou en coaxiale.

AC3-RF, coaxial et optique

Pour tester, j’ai utilisé mon lecteur LaserDisc NTSC (Pioneer DVL-919), l’APD-1 et un décodeur AC3 chinois basique, qui lit bien l’AC3. Pour le disque, j’ai choisi un titre particulier : Judge Dredd en VF. Il s’agit en effet du seul LaserDisc français équipé d’une piste audio en AC3. L’astuce utilisé par l’Ecran Laser était assez simple : il ne s’agit pas d’un LaserDisc PAL mais d’un LaserDisc NTSC. Il nécessitait donc un lecteur capable de lire les disques NTSC (assez courant dans le haut de gamme européen) et proposait trois bandes son : du français en PCM (stéréo), du français en AC3 en 5.1 et de l’anglais en analogique en mono. C’est le seul LaserDisc français en 5.1 mais pas le seul LaserDisc avec du français en 5.1 (la nuance est importante), étant donné que quelques LaserDisc japonais et américain proposent des films français en VO.

Démodulateur, décodeur cheap (et casque 5.1)

A l’écoute, c’est assez sympathique avec un casque 5.1, et le mixage est typique des LaserDisc, avec des effets surround plus prononcés que sur les DVD. La raison est en partie technique : les DVD ne proposent souvent qu’une piste audio en français en 5.1, qui doit être écoutable en 5.1 mais aussi en stéréo pour les acheteurs qui ne possèdent pas de kits 5.1. Et dans beaucoup de cas, le mixage est adapté à cet usage. Sur les LaserDisc, une personne qui va écouter la piste son en AC3 dispose en théorie d’un kit 5.1 et le mixage est donc souvent plus proche (ou identique) de celui utilisé au cinéma.

NTSC et VF


NTSC obligatoire

J’ai essayé de récupérer le signal avec un ordinateur (comme pour le DTS) mais sans succès. Je ne connais pas les paramètres en AC3-RF et même en essayant avec divers lecteurs, impossible de récupérer l’AC3 du film, dommage. Pour terminer, pour les rares que ça peut intéresser, cette page liste tous les appareils compatibles AC3-RF.