Comment pratiquez-vous le “retro” ?

Aujourd’hui, je me pose une question : comment pratiquez-vous le “retro” ? Je m’explique.

Je pars du principe que si vous venez lire ce que j’écris, les sujets liés aux vieilles machines vous intéressent un minimum. Et que vous utilisez (peut-être) un vieil ordinateur, une vieille console, etc. Mais même dans ce cas, je me pose plusieurs questions sur la façon de faire.

Comme à l’époque ou sur du matériel moderne ?

Premièrement, et c’est surtout lié aux écrans, LCD ou cathodique ? Certains préfèrent le rendu d’époque sur un écran cathodique, que ce soit pour un ordinateur ou une console, mais j’ai tendance à préférer un écran LCD sur les ordinateurs. La première raison reste assez pragmatique : les écrans LCD prennent moins de place, consomment moins et vieillissent globalement mieux au niveau de l’image. La seconde, surtout sur les ordinateurs, c’est qu’un LCD apporte généralement un gain de netteté évident et qu’un moniteur moderne supporte sans soucis la comparaison avec un cathodique un peu ancien. Sur les consoles, je suis plus partagé, mais c’est essentiellement un problème de taille : l’upscale sur un téléviseur moderne donne un rendu assez moyen.

Un écran LCD (d’époque) pour un Mac de 98

Les améliorations d’époque

Autre question, faut-il upgrader les machines ? Certains préfèrent rester sur une configuration typique de l’époque ou essayent de s’approcher de la machine qu’ils possédaient. Personnellement, je préfère profiter des possibilités d’évolution des machines : quand c’est possible, j’installe le maximum de mémoire vive, des cartes d’extension rapides ou un processeur haut de gamme. De même, pour le stockage, j’essaye d’installer des solutions modernes (c’est le point suivant) à base de mémoire flash. Mon but n’est pas de faire une reconstitution historique mais souvent de tester des technologies du passé ou de revenir sur des souvenirs et je préfère le faire dans de bonnes conditions. Si la machine supporte 64 Mo de RAM (par exemple), je ne vais pas me limiter à 4 Mo parce qu’à l’époque je n’avais que cette quantité de mémoire.

136 Mo de RAM dans un Power Mac 6100

Les améliorations modernes

Troisième point, qui est beaucoup plus polémique : les accessoires modernes. Certains crient à l’hérésie, mais là aussi, j’ai tendance à profiter des avantages des technologies sorties ces dernières années. Si je peux mettre un SSD, remplacer le lecteur de disquettes par une carte microSD ou utiliser une souris optique sur un vieil ordinateur, je ne me prive pas. Je privilégie le confort d’utilisation au niveau des performances mais aussi au niveau de mes oreilles au lieu de vouloir coller à tout prix à la réalité historique. Pour les SSD, c’est essentiellement pour le bruit, d’ailleurs : le gain en performances n’est pas nécessairement flagrant. Pour les périphériques de stockage (disquettes, etc.), c’est surtout pour transférer facilement des données. Plus largement, la possibilité d’utiliser un moniteur LCD, un clavier USB ou une souris optique devient vite indispensable pour moi.

Un lecteur de disquettes virtuel pour la Pippin

Les recréations modernes

Pour le dernier point, je suis plus dubitatif. La NES Mini (et maintenant la SNES Mini) ne m’intéresse pas particulièrement et je regarde d’assez loin les appareils qui permettent de recréer une machine complète en émulant matériellement les composants de l’époque. La raison principale, même si ça semble paradoxale, vient du fait que le résultat n’est pas réaliste, spécialement pour les recréations de consoles. J’utilise assez rarement des émulateurs en général parce que le résultat pose parfois des soucis de cohérence : dans la majorité des cas, les développeurs utilisent des astuces pour émuler les cas compliqués, avec parfois des différences importantes par rapport au résultat attendu. Nintendo fait du bon boulot avec ses mini consoles, mais il ne s’agit que d’émulateurs avec les problèmes associés (notamment les soucis de son) et les MegaDrive “Mini” qu’on peut trouver sur le marché offrent un résultat pitoyable. Dans le cas des Mac, un simple Power Mac G3 amélioré (pleins de RAM, CPU rapide, SSD, etc.) ne va pas modifier l’expérience de Mac OS, contrairement à un émulateur. Même chose pour une console : une MegaDrive d’époque branchée sur un moniteur moderne avec un scaler correct m’offre plus de plaisirs qu’une MegaDrive moderne, même si le budget n’est pas forcément le même. Et je préfère lancer mes vieux jeux DOS sur une machine compatible DOS améliorée que dans DOSBox, par exemple.

La Super Nintendo Mini

Ce que je raconte n’est pas forcément cohérent et je peux comprendre qu’une personne préfère utiliser un PC d’époque avec les mêmes avantages et défauts qu’à sa sortie, ou jouer à une vieillerie avec DOSBox pour ne pas devoir chercher un vieux PC et se (re)plonger dans l’édition du fichier CONFIG.SYS. Ou que certains se jettent sur la SNES Mini alors qu’ils possèdent déjà une vraie Super Nintendo.

Ce que j’attends, maintenant, c’est votre avis.