CBHD et autres CD chinois

Au départ, je voulais faire un sujet sur les différentes normes chinoises pour la vidéo, avec quelques exemples et des tests. J’ai donc essayé de me procurer quelques films, et ça a été un petit échec : commander des technologies chinoises depuis l’étranger n’est pas évident, et je me suis surtout retrouvé avec des Video CD classiques… et un CBHD. Je vais m’expliquer.
Cbhd-logo

Pour commencer, petit rappel : alors que le Video CD a eu peu de succès en Europe et aux Etats-Unis, il a été plutôt populaire en Chine et en Asie en générale. Pas à cause de sa qualité, les macroblocs du MPEG1 et la définition assez faible sont deux énormes écueils, mais parce que le format se pirate facilement et qu’il est finalement peu cher. Plus pratique que la VHS et moins cher que le DVD, le Video CD a longtemps été un format de choix en Asie (j’ai d’ailleurs quelques Video CD chinois).

Assez rapidement, l’industrie chinoise a donc essayé de lancer ses propres formats, les plus importants sont le CVD, le SVCD, l’EVD et le CBHD (il en existe d’autres, encore plus confidentiels en dehors du pays).

Les deux premiers sont assez proches dans la philosophie, et je n’en ai pas trouvé à l’achat : il s’agit de CD-ROM en mode XA (avec moins de corrections, donc) qui contiennent de la vidéo en MPEG2. Le CVD (Chinese Video Disc) contient une image en 352 x 480 ou en 352 x 576 encodée en MPGE2 avec un débit variable. Cette définition fait partie de la norme DVD et permet donc une compatibilité directe (certains DVD travaillent dans ce mode). Le SVCD, utilisés il y a quelques années en Europe pour archiver les DivX, travaille en 480 x 480 ou en 480 x 576, ce qui pose des soucis avec les lecteurs de DVD, pas toujours compatibles. Dans les deux cas, le débit binaire est de 2,8 mégabits/s environ, ce qui est suffisant pour stocker une quarantaine de minutes de vidéo sur un CD classique, avec une qualité acceptable en MPEG2, même si les artefacts de compression sont bien présents. L’avantage des deux formats est le prix, évidemment, et la compatibilité partielle (et simple à implémenter) avec les DVD. En 2015, les deux formats sont évidemment obsolètes.

L’EVD est particulier : il reprend la partie physique des DVD mais sans les technologies classiques utilisées pour la vidéo et l’audio, pour éviter les royalties. Les DVD utilisent le MPEG2 et l’AC3 (généralement), les EVD utilisent le VP6 (prédécesseur du VP9 de Google) et l’EAC pour l’audio, un codec développé en Chine. Visiblement, assez peu de films existent, et impossible d’en trouver un. Les quelques films que j’ai trouvé ne sont pas des EVD, mais de simples DVD-ROM contenant des fichiers AVI encodés en XVID.

Le logo EVD

Le logo EVD

Enfin, le CBHD, dont j’ai un exemplaire de Matrix Revolution. Il s’agit d’un disque contenant de la vidéo en haute définition (1080p) avec une technologie proche de celle du HD DVD pour la partie physique (15 ou 30 Go par disque). La vidéo utilise le codec chinois AVS selon Wikipedia, alors que le son se baserait sur le DRA chinois, mais mon CBHD indique clairement la présence du Dolby Digital Plus et du Dolby TrueHD sur mon exemplaire. Warner Bros. a supporté le format pendant un temps, ce qui explique que j’ai un film américain (Harry Potter et quelques autres films à succès de 2009 existent aussi). Malgré la parenté avec le HD DVD, mon disque ne passe malheureusement pas dans un lecteur de HD DVD, donc je n’ai pas pu vérifier le codec réellement utilisé, dommage.

Un CBHD

Un CBHD

Si par hasard vous avez un CVD ou un EVD, ça m’intéresse d’ailleurs, pour voir ce que ça donne…