La Magic Mouse 2 et le spectre de l’induction

La semaine dernière, Apple a lancé la Magic Mouse 2, une version à peine modifiée de sa souris. Ce qui fait sourire et réagir pas mal de gens, c’est évidemment son connecteur Lightning sous la souris. Et beaucoup se demandent pourquoi Apple n’a pas fait le choix de l’induction. Je trouve que c’est une remarque qui manque de recul : demander de l’induction parce que c’est à la mode manque d’intérêt, et c’est surtout une solution peu adaptée à une souris.
magic_mouse_hero

Commençons par le choix d’Apple : placer le connecteur Lightning sous la souris me semble idiot d’un point de vue pratique, mais se tient quand le design prend le pas sur le reste. Pas besoin de polémiquer sur le sujet : même si la charge est annoncée comme rapide, même si l’autonomie est bonne, cette solution n’est pas la meilleure d’un point de vue pratique. La meilleure solution aurait évidemment été de faire la même chose que Logitech : un connecteur à l’avant de la souris, pour l’utiliser quand elle est en charge.

Une solution tellement idiote d'un point de vue pratique

Une solution tellement idiote d’un point de vue pratique

Parlons maintenant de la solution miracle, que j’ai vu plusieurs personnes évoquer sur Twitter, des forums, dans des commentaires : l’induction. Vous imaginez, une solution qui permet de recharger la souris en la posant juste sur une base ?

En fait, c’est une solution peu adaptée à une souris. Si vous n’avez aucune idée de comment l’induction fonctionne, le dernier Canard PC Hardware explique bien la chose, mais je vous résume : une bobine placée dans le socle de charge va transmettre son énergie à une bobine placée dans la souris, sans câble à brancher, mais avec un contact. Sur le papier, c’est génial, dans la pratique nettement moins : l’efficacité reste assez limitée, contrairement à un câble Lightning branché sur un Mac. Typiquement, on peut récupérer 500 mA en 5V avec une efficacité qui n’est pas de 100 %, contre 1 A en 5V en Lightning. L’autre souci, c’est que l’induction demande un alignement parfait des bobines pour obtenir un bon résultat. Avec une souris, il faudrait donc un socle qui cale la souris dans la bonne position, ce qui empêcherait son utilisation pendant la charge… comme un câble Lightning sous la souris. Sans même prendre en compte le coût d’un socle de charge, donc, on garderait le problème principal de la solution d’Apple (l’impossibilité d’utiliser la souris pendant la charge) avec un temps de charge plus long.

L’autre « solution » que j’ai vu passer, c’est un tapis qui alimenterait la souris en énergie. Techniquement, rien de bien compliqué : Wacom le fait avec ses tablettes et des souris adaptées existent. Mais l’intérêt pratique est proche du néant : le tapis en question devrait être alimenté et empêcherait éventuellement l’utilisation de la souris sur une autre surface. Vendre une souris sans fil pour ensuite imposer un tapis de souris propriétaire et connecté me semble assez paradoxal, surtout quand il est parfaitement possible d’alimenter la souris directement par un câble. Pour la petite histoire, les premières souris « optiques » nécessitaient un tapis dédié et cette technologie a disparu rapidement.

Je ne vais pas m’étendre sur l’idée d’utiliser l’induction pour le clavier ou le trackpad, le problème est le même : imposer une base à relier à un ordinateur quand on peut juste imposer le câble n’a pas de sens.

Plus globalement, le chargement par induction ne prend d’ailleurs pas dans le monde de la téléphonie, certains constructeurs abandonnent d’ailleurs cette technologie, comme Google. En dehors de la charge lente, le fait de devoir placer le téléphone très précisément sur la base pose des soucis (même s’il est possible d’améliorer ce point avec la résonance magnétique), tout comme l’impossibilité d’utiliser un appareil en charge. La charge par induction ne trouve sa place que dans certains cas précis, comme l’exemple emblématique des brosses à dents électriques (utilisation assez brève, peu de place pour un connecteur), les montres connectées (peu de place pour un connecteur) ou éventuellement les casques audio.