Ça donne quoi, un PC Windows 10 ARM ?

J’ai testé récemment Windows 10 ARM sur un Mac M1, j’ai testé la Surface Pro X pour Canard PC Hardware, et je me suis posé une question : ça donne quoi sur un PC Windows 10 ARM plus classique ?

Sur un Mac mini M1 avec Parallels, il y a quelques limites. Avec la Surface Pro X, ça marche de façon moyenne, et la tablette est surtout très onéreuse (on arrive vite à 1 500 ou 1 600 € avec le clavier). Et donc j’ai cherché quelque chose de plus abordable. Et une société « française » a une solution, le Thomson Neo Z3. Mon modèle, le Z3-13Q835-4T64, est en fin de vie, vaut environ 400 € neuf (honnêtement, je l’ai trouvé juste après Noël, même pas déballé, pour moins de la moitié). Thomson doit le remplacer par une version plus rapide cet hiver (à base de Snapdragon 850), mais je ne l’ai pas encore vu en magasin.

Une machine assez convaincante… avant l’allumage

Physiquement, c’est un ultraportable 13,3 pouces assez classique. Il est à moitié en métal (en gros, la coque de l’écran et celle du bas sont en métal, la partie clavier est en plastique), l’écran Full HD est tout à fait correct (même s’il est très brillant), tout comme la webcam 720p. La connectique est assez complète : une prise barrel pour l’alimentation (en 12 V), une prise USB-C compatible vidéo (DisplayPort) qui peut servir pour la charge, une prise USB 3.0 classique, un lecteur de cartes microSD, une prise jack et un emplacement nano SIM pour le modem 4G intégré. Le trackpad fonctionne globalement bien, et le clavier est un peu peu mou mais utilisable. Il a tout de même un petit défaut : une touche Entrée sur une seule rangée, à la manière des claviers américains. Il est bien AZERTY, mais ce point est vite énervant quand on a l’habitude de presser le haut de la touche. Le PC est un peu lourd pour son gabarit (1,5 kg) mais rien d’horrible. C’est en partie lié aux composants, mais la machine à l’avantage d’être passive, et ne chauffe pas trop (moins de 30°C). De plus, l’autonomie est correcte en vidéo : 8h50 heures avec une vidéo YouTube en boucle (sous Edge) avec la luminosité à 50 %. Physiquement, j’ai juste noté un truc bizarre : si j’essaye de le charger avec le bloc de mon MacBook Pro en USB-C, le trackpad se désactive. C’est visiblement lié à la mise à la terre et ça n’arrive pas avec le chargeur d’origine (ni un 18 W Apple).

L’écran est brillant


Barrel et USB-C


(nano)SIM, jack, microSD et USB



L’intérieur, avec une batterie correcte (38 Wh) et pas mal de vide.

Franchement, pour un PC portable à 400 €, c’est plutôt bien.

La partie interne

En interne, c’est malheureusement compliqué. Vu le prix, il utilise la première génération de SoC dédiée à Windows 10 ARM, autrement dit un Snapdragon 835. C’est un SoC de smartphone qui date de 2016 avec une architecture hybride. On a d’un côté quatre coeurs Kryo 280 Gold (en gros, des Cortex A73) à 2,35 GHz (max) et de l’autre quatre coeurs Kryo 280 Silver, des Cortex A53. Pour se donner une idée, les coeurs rapides sont de la génération qui suit le Cortex A72 des Raspberry Pi 4, les coeurs lents sont les mêmes que le Raspberry Pi 3. La machine a 4 Go de RAM LPDDR4X (bus 64 bits), du Bluetooth 5 et du Wi-Fi 11ac. Si vous voulez une comparaison qui fait mal, les coeurs basse consommation du M1 offrent des performances très nettement plus élevée (au niveau d’un Cortex A76).

Au moins, ça ne chauffe pas

Le stockage de base est de 64 Go sur mon modèle, avec un module UFS. Ce n’est pas vraiment un SSD, mais c’est mieux qu’une carte SD interne. Il lit assez rapidement (vers 900 Mo/s) et écrit assez lentement (moins de 200 Mo/s). Avant de parler du CPU, un mot sur le reste. L’USB 3.0 est lent (~160 Mo/s en lecture, ~280 Mo/s en écriture) et la partie graphique assez correcte en théorie. L’Adreno 540 doit atteindre environ 700 Gflops (soit nettement plus qu’un Intel HD 630, par exemple) mais les pilotes sont assez buggés et 3DMark affiche surtout des artefacts. Et avec 128 Mo de mémoire par défaut, pas mal de choses ne fonctionnent pas.

De biens beaux artefacts


Le “SSD”


L’USB, franchement lent

Mais le problème, c’est le CPU. Par défaut, c’est fucking lent (désolé pour la grossièreté). Mais vraiment. La majorité des applications, même basique, réagit lentement. On clique sur une application, et il ne se passe rien. Puis après quelques secondes, ça arrive. Et là, je parle des applications natives (Edge, ce que fournit Windows 10, etc.). Avec les applications émulées, c’est encore pire. Avec les applications natives, on est au niveau des PC portables à base d’Intel trucmont (en gros, les Atom modernes), en émulation, on a l’impression de retrouver un Pentium 4 d’il y a 20 ans. Si vous voulez, il y a le score Geekbench en natif et en émulation x86-64.

Pour vous donner une idée, un bon CPU moderne dépasse les 600 en single core


Idem ici

Le problème Windows 10

Le second souci, c’est Windows 10 ARM (non, pas juste Windows 10, bande de trolls). La machine est au départ sous Windows 10 S, mais ce n’est pas réellement un problème : il faut 30 secondes pour repasser en Windows 10 classique (pour information, Windows 10 S ne lance que les applications du Store Microsoft, mais c’est artificiel). Par défaut, il est surtout arrivé sous Windows 10 1904 (avril 2019) et s’est mis à jour en 1909 (septembre 2019)… et c’est tout. Pour rappel, la version déployée en masse est la 20H2 (automne 2020). Je n’ai pas pu forcer la version récente (il indique une erreur) et j’ai dû passer par le canal dev de Windows Insider (en gros, une bêta). Par ce biais, il a d’abord installé la version 2004 (printemps 2020), en bêta. Et un deuxième passage a permis d’installer la bêta de décembre 2020, qui ajoute la prise en charge du x86-64. Au passage, si jamais la page Windows Insider ne trouve pas de mise à jour, il faut aller activer le partage de diagnostics avec Microsoft dans les options.

Pas de MAJ

Parce que par défaut, j’en ai déjà parlé, Windows 10 ARM exécute les applications ARM (32 et 64 bits, ici) et x86 (32 bits). Ce qui fait qu’avec une installation de base, énormément d’applications Windows ne se lancent pas du tout. Il faut la bêta pour pouvoir utiliser l’émulateur x86-64. La bonne nouvelle, c’est qu’il fonctionne avec les Snapdragon 835. La mauvaise, c’est que c’est toujours aussi lent.

Avant la bêta, pas de x86-64

Un PC portable ambigu (et à éviter

La conclusion sur le Thomson Neo Z3 est la même que celle de la Surface Pro X, dans un sens. Physiquement, c’est plutôt bien pour le prix. Et à l’usage, c’est bien trop lent pour être agréable. Il n’est pas dénué totalement d’intérêt, mais dans la majorité des cas les performances risquent de rendre la machine énervante, même pour du basique. Disons que pour remplacer une tablette en déplacement, c’est vaguement passable : c’est assez autonome, silencieux et la 4G intégrée peut servir. Mais il vaut mieux ne pas aimer le multitâche et se contenter de quelques onglets avec Edge (à la limite Firefox, disponible en natif)… et c’est tout. Même pour du traitement de texte, c’est assez pataud. C’est un peu dommage, mais le fait est que Windows 10 ARM a deux défauts : l’absence d’applications natives (mais là, on va tourner en rond) mais surtout l’absence de processeurs assez rapides. Et sur ce point, il n’y a pas de solutions.

Cette feuille était collée sur l’écran

Pour terminer, Thomson a annoncé une version à base de Snapdragon 850 pour à peu près le même prix pour décembre, mais il n’est pas disponible à ma connaissance. Et le CPU un peu plus rapide ne change rien au problème, parce qu’il est moins lent, en réalité. Mais ça reste très loin d’un bon Core i5 moderne ou (a fortiori) d’un Apple M1.