Inkwell (Ink), la reconnaissance d’écriture de Mac OS X

Avec Mac OS X 10.2 (ça ne nous rajeunit pas), Apple a intégré une fonction intéressante dans Mac OS X, la prise en charge de la reconnaissance d’écriture. Sous le nom Inkwell (Ink actuellement) se cache en fait le moteur de reconnaissance d’écriture du Newton, un ancien projet d’Apple.



Inkwell s’active quand vous branchez une tablette graphique, par exemple un modèle de chez Wacom. Point intéressant, les « tablettes » à base de MacBook, les ModBook, utilisent une base Wacom qui active Inkwell.

Inkwell est une reprise directe du code utilisé dans le système 2.0 du Newton. A la base, Inkwell devait être développé pour Mac OS 9, mais Apple a bloqué les nouveautés sur ce système un peu avant le portage pour Mac OS et Inkwell a donc été développé pour Mac OS X directement. Il est arrivé dans la troisième version publique de Mac OS X, 10.2 (Jaguar).

Inkwell supporte uniquement trois langues en entrée : l’anglais, l’allemand et — bonne nouvelle — le français.

Ink supporte très bien les tablettes Wacom et je l’ai utilisé avec succès sur une Graphire 4 il y a quelques années ainsi qu’actuellement sur une Intuos 4. La technologie prend en charge la pression sur le stylet et même la gomme.

Ink ne s’active pas réellement : la technologie apparaîtra simplement dans les Préférences Système quand une tablette compatible sera branchée. Typiquement les Wacom, mais les autres marques devraient aussi activer Ink(well).

Wacom et ma Pomme explique assez bien le fonctionnement de Ink, qui permet trois choses : dessiner dans un carnet virtuel et envoyer les données dans certains logiciels (comme Mail, Messages, etc.), écrire dans le carnet virtuel pour que le logiciel reconnaisse (plus ou moins bien) votre écriture et enfin écrire n’importe où pour que le logiciel reconnaisse votre écriture et insère le texte.

Soyons clair, la reconnaissance est assez moyenne : pour ceux qui écrivent lentement et bien sur la tablette, ça va passer, pour les autres n’espérez pas grand chose. J’écris assez mal et Ink a donc des difficultés pour reconnaître mon écriture.

La page dédiée d’OS X Facile est aussi assez intéressante pour débuter avec Ink.

Apple supporte encore Ink, mais avec quelques bugs. L’insertion dans un mail ne marche pas avec ma machine, et pendant longtemps — sous Lion —, certaines choses restaient en anglais.

Enfin, amusant, il reste deux easter eggs issus du Newton dans Ink(well) : egg egg egg et Rosetta! Rosetta! Rosetta!.