Journée mondiale de la sauvegarde : ma stratégie 2016

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale du droit des sauvegardes le World Backup Day. Je suis un peu parano sur le sujet, essentiellement parce que j’ai régulièrement des personnes (familles, amis, lecteurs) qui perdent des données et viennent me voir.
Capture d’écran 2016-03-27 à 17.37.09

J’avais déjà parlé de ça en 2012, et mon setup a un peu évolué.

Je commence par les trucs de base : ce que je dois sauver. J’utilise un MacBook Air avec un SSD de 128 Go, relié en général à une chaîne Thunderbolt avec un peu plus de 2 To d’espace de stockage. Mon amie utilise un MacBook avec 256 Go (SSD) et j’ai un Mac mini server qui contient un SSD de 60 Go (le système). Les autres (nombreux) appareils ne contiennent pas de données qui nécessitent une sauvegarde. Dans les données de ma machine principale, une partie des données n’est pas sauvegardée, il s’agit de fichiers temporaires (enregistrements TV, torrent, etc.).

Maintenant, comment je sauve. De façon assez paranoïaque. Les données du MacBook Air et son stockage externe sont sauvés sur deux boîtiers Time Capsule (2 To) en permanence, tout comme les données du MacBook. Mac OS X alterne les disques, donc la sauvegarde a généralement maximum deux heures. En plus, le MacBook Air et son stockage externe sont sauvés sur un disque dur externe compact, branché une fois par semaine et placé dans un endroit discret (chez moi). La machine (uniquement son stockage interne) est aussi sauvée sur un disque dur externe de 3 To au travail. Enfin, le Mac mini server est simplement sauvé sur un second SSD interne, juste pour éviter les soucis.

En plus de Time Machine, je stocke régulièrement les données importantes sur un NAS compact équipé de deux disques durs de 500 Go en RAID1 (en gros, les photos et quelques données importantes). De plus, les supports physiques (DVD, CD, vieux formats récupérés ici et là) sont stockés sur un disque dur externe de 3 To, avec des images des disques durs de mes vieilles machines (avec un système complet et utilisable) et des différentes cartes SD utilisées dans mes Raspberry Pi installés à demeure. Le Mac mini server, par ailleurs, sauve les données iCloud et les applications téléchargées – merci le cache d’OS X Server – ce qui permet de redescendre rapidement les données en cas de soucis.

L’installation marche assez bien, mais elle a quelques défauts. Le premier, c’est un coût élevé, tant en matériel de base qu’en disques durs. Je dois assez régulièrement augmenter la capacité de ces derniers, avec les risques inhérents à ne pas les doubler. La prochaine étape consiste d’ailleurs à installer un second disque dur de 3 To dans un NAS ou un boîtier externe en RAID1. Le deuxième, c’est le fait que j’ai peu de données stockées hors de chez moi. En cas d’incendie ou de vol, je risque de perdre une partie de mes données. Je n’ai pas encore trouvé de solutions simples pour ce problème : mon stockage est trop éparpillé pour une sauvegarde au boulot et ma ligne ADSL n’est absolument pas adaptée à une sauvegarde dans le cloud, tant en émission qu’en réception. Le dernier point, c’est que certaines sauvegardes sont trop artisanales et que mes données sont éparpillées. Les images disques de mes formats physiques sont parfois obsolètes et ne sont pas automatisées et il m’arrive de ne pas le faire, même si ce n’est pas réellement important. Pour les données éparpillées, j’utilise plusieurs disques de stockage sur ma machine et dans l’idéal, un seul (gros) SSD simplifierait les choses, mais augmenterait énormément les coûts.

Maintenant, que conseiller à une personne qui n’a pas de sauvegardes ? Premièrement, de se procurer deux disques durs externes. J’ai tendance à préférer les modèles 2,5 pouces pour le côté pratique et la résistance aux chocs. Ensuite, sur Mac (sous Windows, j’ai peu d’expérience sur le sujet), je vous conseille d’utiliser tout simplement Time Machine, avec un disque dur branché en permanence (ou au moins tous les jours pour les adeptes du canapé) et le second avec une sauvegarde hebdomadaire (toujours via Time Machine). Dans l’idéal, le second doit être stocké dans un endroit sûr (chez vous, au bureau, etc.) et si possible assez caché pour qu’un cambrioleur ne tombe pas dessus rapidement. Gardez toujours une sauvegarde froide, non connectée. Le jour ou un malware va décider de chiffrer vos données, ça évitera que la sauvegarde soit chiffrée en même temps…

Si vous comptez utiliser une sauvegarde dans le cloud, méfiez-vous de deux choses. Premièrement, les services comme DropBox, iCloud, OneDrive (etc.) ne sont pas à utiliser pour des sauvegardes. Ils servent à accéder à vos données de partout, mais ils se basent dans la majorité des cas sur une synchronisation : si vous effacez par erreur une donnée importante, elle sera aussi effacée du cloud dans beaucoup de cas. Des services dédiées existent (CrashPlan, certaines offres OVH, etc.) mais attention, le budget peut être élevé. Deuxièmement, pensez à l’envoi des données. L’envoi, c’est assez simple : sans une « vraie » fibre optique (ou de la 4G illimitée), abandonnez. Pas de fibre Canada Dry SFR/Numericable, d’ADSL, etc. C’est trop lent en envoi, vos données ne seront pas toujours à jour.

Dernier point, très souvent négligé : la récupération des données. C’est idiot, mais beaucoup de gens sauvegardent, mais sans aucune idée de comment récupérer les données. Idéalement, vous aurez besoin d’un disque dur (SSD) de réserve, avec la même capacité de celui de votre machine, en cas de crash. Sur un Mac, s’il est récent (après 2011), ça devrait suffire : l’EFI permet de récupérer une sauvegarde facilement. Sur les autres, pensez à faire une clé USB avec un système bootable (DiskMakerX peut aider) ou à vérifier si le disque dur de sauvegarde est bootable (c’est le cas depuis Lion environ). Si vous devez récupérer une sauvegarde dans le cloud, il faudra généralement un ordinateur équipé du logiciel de sauvegarde (ou de quoi réinstaller l’OS en local) et une ligne rapide. Même en fibre optique, la récupération des données peut prendre un certain temps, c’est à prendre en compte. Enfin, pour terminer, vérifier l’état des disques durs et l’intégrité de la sauvegarde (même chose, OS X le permet sur une sauvegarde Time Machine) peut aider. Un disque dur peut émettre un bruit bizarre ou tout simplement remonter une erreur SMART, ce qui indique généralement qu’il est temps de le changer.

Pour terminer, tout ceci ne sont que des conseils. Vous pouvez parfaitement vous passer de sauvegardes parce que vos données n’ont pas d’importance ou parce que vous n’avez jamais eu un problème avec un disque dur. Vous pouvez aussi devenir parano et quand même perdre des données. Mais disposer d’une bonne stratégie de sauvegarde peut vous sauver la vie. Je ne prétends pas détenir la solution ultime (comme je l’explique, il y a des défauts), mais je n’ai pour le moment jamais perdu de données, malgré quelques soucis (accident, crash de matériel, mauvaises manipulations, etc.).