M-DISC, les DVD qui durent 1 000 ans

Depuis quelques années, une nouvelle génération de disques inscriptibles essaye de trouver une place : les DVD M-DISC. Ils promettent une durée de vie bien supérieure à celle des DVD classiques, qui – avouons-le – tiennent assez mal dans le temps.
art3_fr-copie

Petite explication technique : un DVD enregistrable classique est composé (je vulgarise un peu) d’une couche en polycarbonate (le disque lui-même), d’une couche organique qui va réagir au laser en changeant de couleur au moment de la gravure et d’une couche réfléchissante. Si une des couches a un problème (ou si la couche oragnique réagit à l’oxygène d’une façon ou d’une autre), les données sont illisibles. Les DVD M-DISC remplacent la couche réfléchissante et la couche organique par une couche inorganique (comme certains Blu-ray, j’en parlerais dans un futur post) plus solide et résistante selon Millenniata, la société à l’origine de la technologie. Petit truc que ça implique, les disques ne sont pas opaques, il est possible de voir à travers (en partie).

Les DVD M-DISC nécessitent des lecteurs adaptés, pour une bonne raison : le laser doit chauffer plus, pour (littéralement) créer les trous dans la couche inorganique. Millenniata a travaillé avec LG depuis des années et une bonne partie des graveurs de la société peut prendre en charge les M-DISC. La prise en charge dépend exclusivement du périphérique : l’OS voit simplement un DVD vierge classique, c’est le graveur qui va adapter son laser au M-DISC.

Bon, la promesse de 1 000 ans de durée de vie, c’est évidemment irréaliste. L’idée, je pense, est surtout de montrer que c’est plus résistant que les DVD classiques qui sont vendus pour 100 ans (la bonne blague). Le site de Verbatim montre assez bien l’intérêt des M-DISC, avec les gros arguments qui tachent comme « Mais où se trouvent vos données, seront-elles toujours là et qui peut y accéder ? » pour le cloud. Mais même en se moquant des arguments idiots, il reste intéressant de se dire que certains médias peuvent en théorie durer dans le temps.

La structure

La structure


10x MEIUX

10x MEIUX

Premier truc à savoir, le prix des DVD M-DISC est franchement élevé. Sur Amazon, les M-DISC de Verbatim valent à peu près 1 € le Go (en gros, ~15 € le pack de 3). Pour vous donner une idée, c’est 4x plus cher qu’un SSD d’entrée de gamme ou 20x plus cher qu’un disque dur.

Le disque est (un peu) transparent

Le disque est (un peu) transparent

Deuxièmement, il faut un graveur compatible. Vraiment (j’en parle dans la suite). Le meilleur moyen de le vérifier est de regarder la façade du lecteur : les modèles compatibles possèdent un logo M-DISC. Sinon, une liste existe (pas forcément à jour) et dans le pire des cas, un lecteur LG récent devrait être capable de graver un M-DISC. La lecture, selon les créateurs du format, ne doit pas poser de soucis.

Maintenant le test. Premièrement, les disques se gravent lentement : 4x maximum. Ca change (en mal) des DVD-R qui passent en 16x sans soucis. Deuxième souci, important, la compatibilité. J’ai placé un disque M-DISC dans un graveur Apple (un SuperDrive externe) qui l’a accepté sans broncher et a accepté de lancer la gravure (avant, évidemment, d’indiquer un échec de la gravure). Sauf que les DVD M-DISC ne sont pas compatibles avec tous les graveurs. Le bilan de cet essai idiot : un DVD – qui vaut tout de même pas loin de 5 € – inutilisable. Impossible de le graver ensuite dans un appareil compatible.

Reconnu par le graveur Apple

Reconnu par le graveur Apple


Mais échec de la gravure

Mais échec de la gravure


Reconnu par un graveur LG

Reconnu par un graveur LG


Ca passe

Ca passe

Un second essai en plaçant directement le DVD dans un graveur compatible (un LG BH16NS55 qui lit les Blu-ray Ultra HD), pas de soucis. Le disque a été rempli (lentement) et la gravure a réussi. Bonne nouvelle, le disque ne pose pas de soucis de lecture, après quelques essais dans des lecteurs internes et externes.

Un DVD classique à gauche, un M-DISC à droite

Un DVD classique à gauche, un M-DISC à droite

Du coup, je vais tester un petit truc : j’ai gravé la même chose sur un DVD M-DISC et un DVD vierge classique et collé les disques à un mur, en face d’une fenêtre. Rendez-vous dans six mois et dans un an pour vérifier si les disques sont encore lisibles.

Collés sur mon mur

Collés sur mon mur