Récupérer des données sur un CD-RW effacé

Si vous avez déjà utilisé un disque optique réinscriptible (CD-RW, DVD, etc.), vous savez que les disques peuvent être effacés rapidement (en quelques secondes) ou complètement. Et saviez-vous que dans certains cas, la récupération des données est possible assez facilement. Facilement dans le sens « Sans passer par une société spécialisée qui va demander un rein pour lire les données ». Je vais faire plusieurs sujets en fonction des technologies, parce que ce n’est pas possible dans tous les cas et que la méthode diffère parfois. Première étape : le CD-RW.

D’abord, c’est quoi un CD-RW ? Il s’agit d’un disque optique réinscriptible (ReWritable) d’une capacité de ~700 Mo (comme un CD-ROM). La technologie date de 1997 et fonctionne avec la majorité des graveurs et lecteurs de CD-ROM. Les CD-RW passent assez mal dans les vieux lecteurs (avant ~1998) à cause de la structure : les CD-RW reflètent très peu la lumière. Concrètement, les vieilles consoles acceptent rarement les CD-RW, mais ce n’est pas très grave. Les CD-RW s’effacent deux façons : rapidement et complètement. Dans le premier cas, l’effacement consiste simplement à effacer (normal) les zones qui indiquent que le disque contient des données (PMA, TOC, etc.). Dans le second cas, toutes les données sont réécrites. L’effacement complet est rare, pour deux raisons : premièrement, ça prend du temps. Deuxièmement, les CD-RW ont une nombre limité d’écriture (~1000) et un effacement complet implique une écriture complète. Il existe différents types de CD-RW, avec une vitesse d’écriture maximale : 4x (600 ko/s), 12x (1800 ko/s), 24x et 32x. Ici, j’ai testé avec des CD-RW classiques, c’est-à-dire 4x.

Le matériel

Alors, le matériel nécessaire n’a rien de spécial. Premièrement, un CD-RW qui a été effacé rapidement, et pas complètement. Deuxièmement, un second CD-RW qui peut être effacé et rempli. Troisièmement, un lecteur optique qui s’ouvre par le haut, à la manière des premières PlayStation. C’est le plus compliqué à trouver : c’est rare. J’ai acheté un modèle Polaroid sur eBay (une quinzaine d’euros) mais il existe aussi des lecteurs chez HP (a priori le même), chez Lite-On, etc. Enfin, il faut un logiciel Windows qui s’appelle ISO Buster. La version gratuite suffit pour récupérer un CD-RW, mais il faut donc une machine sous Windows (ou une machine virtuelle).

Un lecteur de DVD qui s’ouvre par le haut

La méthode

Première étape, prendre le second CD-RW et le remplir au maximum. Avec un CD-RW 4x, comme moi, ça prend un peu de temps, mais c’est nécessaire. Ensuite, il faut arriver à ouvrir le lecteur et activer le disque sans refermer le capot. Sur mon lecteur, un petit orifice près de la charnière le permet : il suffit de mettre une vis (par exemple) dans ce dernier pour lancer la lecture. Une fois que le disque est chargé, il faut lancer ISO Buster, qui va afficher le contenu du disque.

Garder le lecteur ouvert, méthode artisanale


Lire le premier CD-RW

Deuxième étape, attendre que le disque arrête de tourner. Selon le lecteur et l’OS, ça peut prendre plus ou moins de temps. Maintenant, il faut enlever le CD-RW que vous venez de graver et le remplacer par le CD-RW “vide”. ne touchez pas l’ordinateur, pour éviter de lancer la lecture. Une fois les disques intervertis, dans ISO Buster, cliquez sur l’icône qui permet de rafraîchir le contenu. Normalement, après quelques secondes, le programme devrait afficher le contenu du CD-RW effacé.

Rafraîchir le contenu après le changement de CD

Enfin, il suffit de copier les données depuis la fenêtre d’ISO Buster pour lire les données. Attention, n’essayez pas de faire une image disque, ça ne fonctionnera pas. Le remplissage du CD-RW a un impact : pour être certain que le lecteur puisse lire toutes les données, il faut que le CD-RW utilisé au départ contienne le maximum de données (ou, au moins, plus que le CD-RW sur lequel vous voulez récupérer les données).

Récupérer les données

Cette méthode a fonctionné dans mon cas, et j’ai récupéré des données parfaitement exploitables pour un coût minimal (même en visant large, moins de 50 €). Ce n’est tout de même pas une science exacte : l’état du CD-RW, son type, le lecteur, peuvent jouer sur le résultat. J’ai pris un cas volontairement simple pour le test : deux CD-RW neufs, des données gravées en ISO 9660 (pas d’audio, de sessions, etc.). Le but est vraiment de montrer que c’est possible sans trop se prendre la tête.

Dans d’autres articles, je vais traiter d’autres types de disques (DVD+RW, DVD-RW, BD-RE, etc.). Sachez tout de même que le CD-RW reste le disque ou la méthode fonctionne le mieux.