Le serveur Time Machine s’affranchit de macOS Server

Avec macOS High Sierra, la version Server de l’OS se délite peu à peu. Bonne nouvelle pour les utilisateurs, le serveur Time Machine passe de la version Server à la version Client, avec quelques points intéressants comme la gestion des quotas.

Petit préambule : cette fonction permet de transformer un Mac en “serveur” Time Machine, mais la solution a ses limites. Votre Mac doit disposer d’un espace de stockage conséquent, d’une connexion au réseau solide (je déconseille le Wi-Fi pour cet usage) et rester si possible allumé en permanence. Le principal problème, c’est que dans la gamme Apple, la seule machine qui combine tout ça reste le Mac mini, mais il est onéreux pour ce qu’il contient techniquement et n’offre pas une capacité de stockage très élevée. Dans l’idéal, je vous conseille aussi d’utiliser un Mac dédié, pour éviter les ralentissements quand un autre Mac effectue ses sauvegardes.

Dans l’absolu, vous pouvez évidemment utiliser un portable qui a un gros SSD et se connecte en Wi-Fi, mais ça risque d’être désagréable pour celui qui sauve et pour celui qui effectue la sauvegarde.

La principale limite reste aussi que ça ne fonctionne qu’avec les machines sous macOS Sierra ou High Sierra. En effet, le serveur partage uniquement en SMB et tous les Mac OS X précédents nécessitent un passage en AFP.

Un mode bien caché

Pour activer le serveur, vous devez vous rendre dans Préférences Système -> Partage -> Partage de fichiers. Il faut ensuite l’activer (forcément), partager un dossier ou un disque et effectuer un clic secondaire sur le partage pour choisir Options avancées… (ouf).

C’est bien caché

Les options proposent d’activer le serveur Time Machine, de forcer le chiffrement en SMB (c’est plus lent) et (surtout) de limiter les sauvegardes. La limite pour les sauvegardes se mesure en Go et l’OS n’indique pas si chaque sauvegarde peut atteindre (par exemple) 500 Go ou s’il s’agit de 500 Go à partager entre plusieurs ordinateurs.

Dernier point important, la personne qui va sauvegarder doit disposer d’un compte en lecture/écriture sur la machine qui doit faire office de serveur. Soit en utilisant le compte de l’utilisateur principal (c’est une mauvaise idée), soit en utilisant un compte dédié.

Depuis un autre Mac

Une solution bancale

En théorie, c’est une bonne idée. En pratique, la fonction n’est pas mise en avant et pose quelques soucis pratiques comme le fait que ça ne fonctionne qu’avec des Mac récent et avec une gestion propre des comptes utilisateurs. On peut espérer (peut-être) un jour un truc plus complet, mais ça ressemble actuellement à « Il fallait bien le mettre quelque part en attendant une solution de sauvegarde moderne. ».