macOS High Sierra, l’OS pas fini

Je sais que certrains vont me dire que c’est la même chose à chaque fois (et dans un sens, c’est d’ailleurs plus ou moins le cas), mais le millésime 2017 des OS d’Apple – macOS High Sierra et iOS 11 – va (je pense) rester dans la liste des plus buggés depuis très longtemps.

Je vais surtout m’intéresser à High Sierra, parce que j’utilise de façon moins intensive iOS 11 et que les bugs me touchent finalement assez peu (même si je dois les subir tout de même). A chaque version majeure d’un OS depuis les débuts de Mac OS X, les bugs apparaissent et posent des soucis. Même avec des systèmes qui font finalement peu évoluer les choses visibles (Snow Leopard), il y a des bugs et Apple corrige généralement assez vite le tir. Dans la majorité des cas (sauf Mac OS X 10.0 et 10.1), la première version mineure (10.x.1) corrige tous les bugs majeurs et l’OS ne pose plus trop de soucis.

Cette année, avec macOS High Sierra, on a connu deux gros bugs de sécurité, un sur le chiffrement en APFS et un avec la faille root, et les versions 10.13.1 et 10.13.2 ne corrigent pas spécialement les problèmes. Le SKEL reste toujours une plaie à utiliser, le support du HEVC – annoncé en grande pompe – est franchement perfectible, la gestion de Jabber dans Messages est buggée, la gestion des touches média complètement incohérente et des bugs qui peuvent sembler triviaux (les problèmes avec FAT32 – encore présent – ou les télécommandes) encore présents en 10.13.1 (et parfois corrigés en 10.13.2).

A l’usage, d’ailleurs, j’ai d’autres soucis dont je n’ai pas parlé ici, notamment liés à APFS. Au lancement, j’avais converti plusieurs SSD externes Thunderbolt en APFS, et j’ai dû revenir en HFS+. En dehors du fait que c’est compliqué de revenir à l’ancien système de fichiers (il faut tout effacer), je trouve ça un peu dommage. Sur quatre périphériques, j’en avais un qui n’acceptait plus les recherches Spotlight (l’indexation ne fonctionnait pas correctement) et un qui montait 10 à 30 secondes après les autres et posait donc des soucis avec les logiciels chargés au démarrage. De plus, Time Machine oublie de temps en temps de sauver un des SSD, ce qui relance une sauvegarde complète à l’itération suivante. Je vous passe aussi tous les bugs cosmétiques, l’historique Safari qui s’efface pendant la mise à jour, etc. De même, j’ai des soucis sur la couleur de la barre de menu quand j’ai plusieurs écrans, des artefacts à l’arrêt de la machine sur l’écran du MacBook Pro, l’absence des commandes telnet et ftp, etc. En pratique, le seul bug bien énervant que je n’ai plus est dans Utilitaire de disques : je peux enfin formater une clé USB du premier coup. Et j’ai la chance d’utiliser une machine avec un GPU AMD, ce qui limite les soucis par rapport aux modèles avec un GPU nVidia.

Quand j’essaye de copier un fichier de 3 Go en FAT32

En gros, je suis plutôt déçu de cette itération de macOS et – après un bon 10 ans de Mac -, je me pose parfois sérieusement la question de passer à autre chose. J’ai couvert tous les lancements d’OS depuis Leopard pour des blogs, magazines ou sites Internet et c’est (seloin moi) l’OS qui m’a posé le plus de petits soucis. Je ne sais pas si c’est pareil pour vous – si vous avez des remarques, les commentaires sont là -, mais ça m’énerve. D’ailleurs, pour le moment, j’ai laissé une partie des machines à la maison sous Sierra pour éviter les soucis.