iSync, la synchronisation par Apple

Dans les programmes Apple disparus de Mac OS X, il y a iSync. Cet excellent logiciel de synchronisation est apparu avec Jaguar et a disparu (plus ou moins) avec Lion.

iSync a été présenté en 2002, pour Mac OS X Jaguar. Il a ensuité été intégré dans les versioins suivantes de Mac OS X jusqu’à Snow Leopard (inclus). A partir de Lion, Apple a supprimé l’interface visible d’iSync (le programme) mais il suffit de copier iSync et les plug-in pour les téléphones pour faire fonctionner iSync sous Lion et Mountain Lion. Avec Mavericks, Apple a supprimé pendant un temps le framework nécessaire, avant de le remettre mais en le rendant incompatible avec iSync. A la base, iSync ne provient pas totalement de chez Apple : le logiciel a été développé avec fusionOne, la société à l’origine de SyncML, SyncML étant justement le standard utilisé pour la synchronisation des données.

Un support qui dépend fortement du téléphone

Premier truc à savoir, iSync utilise essentiellement le Bluetooth et propose parfois le passage en USB. Ce choix nécessite donc du Bluetooth sur le Mac et un téléphone (ou smartphone) Bluetooth. Ensuite, la liste des appareils compatibles reste assez courte même s’il est possible de trouver des plug-in pour d’autres appareils. Les fonctions dépendent pas mal des appareils et des marques : iSync transfère sans soucis les contacts et les données de calendriers, mais seuls les plateformes “smartphones” (Symbian à l’époque) peuvent transférer les images liées aux contacts. J’ai testé sous Snow Leopard avec deux téléphones : un Motorola V3im (iTunes) et un Sony Ericsson T68i. Dans les deux cas, c’est assez simple : une fois le téléphone jumelé (l’étape la plus compliquée, vive le Bluetooth), il suffit d’ajouter le téléphone à iSync – il apparaît dans une liste – et de synchroniser. C’est assez rapide, même si ça dépend évidemment du nombre de contacts. iSync propose quelques options, notamment quand le Mac et le téléphone contiennent pas mal d’informations différentes. On peut noter que le T68i a une icône adaptée (contrairement au Motorola).

De base, l’interface aluminium brossé


Ajout d’un T68i (le second n’est pas allumé)


Ajout du Motorola


Les options


Le numéro d’Apple, en standard dans les contacts, synchronisé

Une évolution vers la mort

En dehors du support des téléphones, iSync a posé pas mal de soucis. Si au départ le logiciel servait pour synchroniser les iPod (j’y reviendrais), il a “perdu” cette fonction avec Mac OS X Tiger. Plus exactement, Apple a supprimé les baladeurs de l’interface d’iSync pour les transférer dans l’interface d’iTunes, mais en utilisant la même technologie en arrière plan. Même chose pour les fonctions liées à .Mac, devenu Mobile Me puis iCloud, en déléguant au passage certaines fonctions de synchronisation. Enfin, Apple a aussi supprimé le support des PDA Palm OS dès Snow Leopard. De base, iSync (sous Tiger et Leopard) supportait quelques machines sous Palm OS et permettait de passer par Palm Desktop pour les autres, avec Snow Leopard ces fonctions disparaissent.

Dans les faits, certains regrettent encore iSync en 2018, comme ils regrettent aussi Snow Leopard, mais iSync demeure un peu anachronique à l’heure du cloud et de la synchronisation permanente, même si le logiciel avait de l’intérêt à son époque.