Les SSD PCI-Express AHCI, rares mais pratiques avec de vieux Mac

Depuis quelques années, les SSD rapides utilisent un bus PCI-Express avec un protocole NVMe, et les modèles d’entrée de gamme passent par un bus SATA et un protocole AHCI. Mais à une époque, certains SSD couplaient le PCI-Express et l’AHCI, et ils ont de l’intérêt dans certains cas.

Je commence avec quelques explications. Premièrement, le bus, donc. Il s’agit de la technologie utilisée pour le transfert des données. Pour les SSD, on trouve le SATA, avec un débit de 150, 300 ou 600 Mo/s (selon la version). Ensuite, le PCI-Express. Il existe plusieurs versions de la norme (1.1, 2.0 et 3.0, bientôt 4) et les périphériques utilisent entre une et seize lignes. Une ligne vaut 250, 500 ou 1000 Mo/s (en simplifiant un poil) et les SSD prennent généralement en charge deux ou quatre lignes. Ensuite, le protocole. Il s’agit du langage utilisé pour communiquer et transférer des données. Il ne dépend pas du bus : l’AHCI existe en SATA et en PCI-Express. Pour les SSD PCI-Express récents, le protocole NVMe a pris le pas : il gère mieux les SSD avec moins de commandes et permet d’améliorer (un peu) les performances. Enfin, le format physique. En SATA, on trouve des modèles 2,5 pouces (hérité des disques durs), mSATA – un format barrette un peu ancien – et le M.2, un format barrette plus récent. En PCI-express, on trouve des cartes PCI-Express classiques… mais aussi du M.2. En fonction du système, le M.2 peut accueillir un SSD SATA, PCI-Express… ou les deux (oui, comme au Burger Quiz).

Pour compliquer les choses, la partie logiciel a de l’importance. Sous macOS, Sierra supporte certains SSD NVMe, High Sierra les supporte tous. Pour démarrer sur un SSD NVMe, il faut une machine qui supporte High Sierra : le firmware (EFI) doit être à jour.

Les SSD PCI-Express AHCI

Les premiers SSD PCI-Express en M.2, vers 2014, utilisaient encore l’AHCI. Et – bonne nouvelle – les Mac supportent bien ça. Premièrement, les vieux OS Apple acceptent directement les SSD PCI-Express AHCI (au moins depuis Mavericks, je n’ai pas testé avant). Deuxièmement, les vieux Mac peuvent démarrer dessus. Même sur un vieux Mac Pro 2006, ça fonctionne. De même, ça passe en Thunderbolt dans la majorité des cas.

Un SM951 AHCI

Bien évidemment, ils ne sont pas parfaits. Premièrement, les vieux Mac peuvent limiter : un Mac Pro de 2006 en PCI-Express 1.1 ou un Mac avec du Thunderbolt 1 bride les débits. Deuxièmement, surtout, les SSD PCI-Express AHCI restent rares. Une petite liste, en vrac, tirée de ce sujet sur MacBidouille : Samsung XP941, Plextor M6e, Kingston HyperX Predator, quelques modèles OEM et éventuellement les modèles d’Apple entre 2013 et 2015. le dernier, peut-être le plus courant, est le SM951 de Samsung. Mais il a un défaut : il existe en AHCI et en NVMe, avec le même design. La seule différence vient d’une lettre dans la référence. Le MZVPV256HDGL est un 256 Go en NVMe, le MZHPV256HDGL un 256 Go en AHCI.

Et en pratique ?

J’ai trouvé un SM951 256 Go pas trop cher sur eBay, pour les tests. En M.2, il est reconnu directement dans un boîtier Thunderbolt avec un adaptateur PCI-Express basique. Par contre, il nécessite un adaptateur USB spécifique, que je ne possède pas. Il ne fonctionne pas dans un adaptateur spécifiquement prévu pour les versions NVMe et les rares adaptateurs USB valent assez cher (comptez au moins 50 à 60 € pour un adaptateur). Niveau performance, j’obtiens environ ~1 900 Mo/s en lecture et ~1 100 Mo/s en écriture. C’est correct vu l’âge du SSD, même si les modèles NVMe récents font facilement le double.

Dans l’onglet SATA Express


Pas loin de 2 Go/s en Thunderbolt 3

Mais l’intérêt de ce SSD est évidemment sa compatibilité avec les anciens OS. J’ai donc sorti mon MacBook Air de 2012, un adaptateur Thunderbolt et installé un OS incompatible avec les versions NVMe (El Capitan). Et tout fonctionne parfaitement : il est possible de démarrer sur le SSD et d’installer l’OS directement dessus. Sur une machine de cet âge, le SSD est un peu bridé par le Thunderbolt de première génération (~1 Go/s théorique, ~850 Mo/s en pratique) mais ça reste nettement plus rapide que le SSD d’origine en SATA. Le gain est encore plus important dans les Mac Pro, limités par le SATA “2”, même si les dernières générations peuvent profiter des SSD en NVMe depuis Mojave. Ils peuvent aussi permettre de mettre à jour le SSD d’un MacBook Pro ou Air qui doit rester sur un vieil OS et qui ne peut pas être passé sous High Sierra ou Mojave.

Le Thunderbolt 1 limite pas mal

Bien évidemment, je ne vous conseille pas d’aller vers un SSD PCI-Express AHCI en 2019, sauf si vous n’avez pas vraiment le choix. D’abord parce que les SSD PCI-Express NVMe sont plus rapides. Ensuite, surtout, parce que les personnes qui en vendent exagèrent souvent sur les prix. Vous payerez souvent un vieux modèles AHCI nettement plus cher qu’un NVMe neuf et les versions de grande capacité (512 Go et plus) valent extrêmement cher.