Surfer sur un caméscope Sony avec un modem 56K Bluetooth

« Surfer avec un caméscope ». C’est une expression un peu bizarre, du genre « Surfer avec un frigo ». Mais au début des années 2000, Sony a pensé que c’était une bonne idée. Et en 2023, j’ai pensé que ce serait aussi une bonne idée d’essayer.

Au début des années 2000, donc, Sony a lancé quelques caméscopes avec du Bluetooth. Assez bizarrement, la fonction ne permettait pas réellement d’interagir avec le caméscope, mais essentiellement de surfer sur Internet, tout du moins avec les premiers modèles. La mise en place était donc un peu compliquée : le caméscope se connectait en Bluetooth à un modem, qui pouvait soit se connecter en 56K, soit directement à un téléphone mobile. L’ergonomie était évidemment assez mauvaise, on va le voir : les écrans étaient petits et pas nécessairement tactiles.

On peut voir le logo Bluetooth

Pour tester, j’ai récupéré un caméscope Sony DCR-IP7E, un modèle MicroMV (un truc un peu bizarre, j’en parlerais dans la semaine) compatible Bluetooth. C’est un caméscope assez compact, noté « Handycam IP ». Le premier truc important à prendre en compte, c’est que la partie Bluetooth ne permet pas le transfert de photos ou de vidéos : c’est uniquement pour surfer en se connectant à un modem. Il n’y a pas de possibilités de transfert de fichiers, par exemple. Le second point, c’est que la partie connectée est indépendante de la partie « caméscope ». On n’a pas accès aux données enregistrées sur la bande. Sony a juste intégré une sorte de pis-aller : on peut prendre des photos en 640 x 480 (et des vidéos de très mauvaise qualité) sur une carte Memory Stick fournie, de 8 Mo. Elle stocke aussi quelques données liées aux sites Internet et aux mails.

Comment se connecter ?

Truc basique pour les captures : le caméscope dispose d’une sortie vidéo analogique (en S-Video) qui permet de répliquer l’interface. C’est plus simple pour surfer que l’écran de 2,5 pouces, qui n’est pas tactiles. Deuxième point, c’est assez fastidieux de se déplacer dans les menus et (surtout) de rentrer du texte. Il y a en effet une crois directionnelle avec une validation au centre pour se déplacer, mais le clavier virtuel est une sorte de T9. On a donc des cases pour des groupes de lettres, et il faut choisir une case et presser un certain nombre de fois pour mettre une lettre (et le double pour les majuscules). Il y a tout de même quelques raccourcis pour les www. ou .com, mais ça reste fastidieux.

La croix qui va servir de périphérique d’entrée


Une idée du clavier

Pour la connexion, il faut d’abord un modem Bluetooth, compatible avec le profil DUN (Dial-up Networking Profile). Ce n’est pas généralisé : il existe des points d’accès Bluetooth qui passent par d’autres profils (comme chez D-Link) et Sony vendait à l’époque un modem optionnel, qui fonctionnait sur piles (BTA-NW1). Ici, j’ai testé avec un autre modem Sony, dont j’avais déjà parlé : c’est un modem 56K prévu pour les Vaio. Techniquement, il est possible de passer directement par un téléphone (on peut le voir ici) mais c’est un peu compliqué en 2023. Comme la liaison nécessite une liaison PPP, il faut un serveur « RTC » en face, et un vieux téléphone. Qui plus est, cette méthode limite le débit à 9 600 bauds, avec une facturation à la minute (bon, la majorité des offres modernes sont illimitées).

Mon modem 56K Bluetooth

Dans mon cas, je suis passé par le modem 56K relié à un Raspberry Pi équipé d’un modem USB et de DreamPi. C’est une solution qui émule une liaison RTC, et même si ce n’est pas du 56K (on est bloqué à 33 600 bauds), c’est plus pratique qu’une vraie ligne. La bonne nouvelle, on va le voir, c’est que ça fonctionne : j’ai eu récemment des soucis avec la Pippin avec ce genre de setup.

De façon assez étonnante, ce qui m’a posé le plus de problèmes est le modem lui-même : il est compliqué à configurer, avec des interrupteurs à positionner correctement sous le boîtier. Une fois que j’ai trouvé la bonne position, le modem a été vu en Bluetooth, j’ai pu numéroter (DreamPi accepte n’importe quoi) et me connecter.

Recherche en cours


Le modem est vu


Les réglages


Connexion en cours


Ça fonctionne

On résume : il faut un caméscope Bluetooth, un modem Bluetooth et une liaison 56K, et on peut en théorie surfer. Ce vieux test du caméscope explique par ailleurs bien le problème : c’est compliqué. Même avec les raccourcis, entrer du texte est une plaie : ça prend du temps et c’est très fastidieux.

Aller sur Internet

Le navigateur intégré est NetFront, un classique dans les vieux appareils au début des années 2000. C’est encore une fois un peu étonnant, mais ça ne fonctionne pas si mal : il affiche les images, la navigation passe de lien en lien et c’est (presque) utilisable. Le problème, en 2023, c’est qu’il ne gère pas les sites sécurisés ni tout ce qui utilise le JavaScript à outrance. J’ai testé quelques vieux sites (ainsi que Google) et ça fonctionne. C’est lent (c’est du 33 600 bauds en pratique), c’est fastidieux, mais ça fonctionne.

Google


Google


Une recherche Google

info.cern.ch (un des premiers sites)


tim.org (pas tout neuf)


Un site de campagne de 1996 : dolekempf96.org


DoleKempf 96


Le site d’ackboo (enfin, une copie)


Hackaday, version retro


Hackaday

Lire les e-mails

Pour les e-mails, c’est un peu plus compliqué. Techniquement, il y a une client POP3 assez bien conçu, et il est possible d’envoyer et recevoir des images. Au départ, j’ai pensé utiliser mes identifiants Free reçu récemment pour l’accès 56K qui n’existe pas, étant donné qu’un accès POP3 est proposé. Mais si la réception fonctionne bien (il n’aime pas les caractères accentués), l’émission d’un e-mail est bloquée. C’est une mesure de sécurité classique en 2023 : le SMTP non sécurisé (sur le port 25) ne fonctionne que si vous avez une IP du fournisseur d’accès. En clair, impossible d’envoyer un mail si vous n’est pas chez Free (ce qui est mon cas).

Quelques réglages liés aux mails


Idem


Réception en cours


Un mail reçu


Un e-mail sur un caméscope !


Il a un peu de mal avec les caractères


Les images sont sauvées tout de même, sur la carte mémoire

Avec les identifiants de mon opérateur (Bouygues Telecom), ça fonctionne par contre, mais ça m’a obligé à repasser par la phase de configuration, fastidieuse avec les mots de passe modernes. Et bien évidemment, c’est assez lent : avec une pièce jointe de 90 ko, il faut tout de même plusieurs dizaines de secondes pour envoyer (à 33 600 bauds, soit ~4 ko/s). Autre truc à noter, il se connecte et se déconnecte à chaque étape, donc c’est assez lent pour envoyer puis recevoir par exemple.

Un envoi


On peut joindre les images stockées sur la carte mémoire


C’est long

Les mails sont sauvés sur la carte Memory Stick, tout comme les pièces jointes reçues (dans une certaine limite, visiblement : certaines images reçues ne passent pas). Attention, sale petit défaut : par défaut, les mails ne restent pas sur le serveur (c’est du POP3) donc ils sont uniquement sur la carte mémoire…

Photos et Memory Stick

Avec le client mail, il est donc possible d’envoyer (et recevoir) des imes. Celles reçues sont stockées sur la carte Memory Stick… et celles envoyées aussi. Le caméscope DCR-IP7E est en effet capable de photographier, mais c’est tout de même assez mauvais : c’est du JPEG en 640 x 480 avec une compression assez forte (on est vers 100 ko pour les images). Au vu de certaines images, je pense d’ailleurs que le capteur fonctionne en entrelacé, comme sur certains vieux Mavica : il y a un décalage sur les objets rapides.

Un exemple



Techniquement, on peut filmer, mais c’est singulièrement limité : 45 secondes au mieux, en 352 x 288 (sur mon modèle PAL) en MPEG-1 à 1 168 kb/s, avec de l’audio en mono, 32 kHz et un débit très faible (32 kb/s) en MPEG-1 Layer 2. Et même comme ça, on remplit assez vite la carte : un fichier de 45 secondes fait un peu moins de 8 Mo.

C’est (très) compressé

Pour terminer, un truc : les générations suivantes permettent de surfer en filaire, soit avec un modem en USB Mini A, soit avec un adaptateur Ethernet (j’en parlerais probablement un jour). Ils proposent aussi quelques fonctions en plus en Bluetooth, comme la possibilité d’envoyer et de recevoir des images, mais avec le profil BiP (Basic Imaging Profile), qui a été assez peu utilisé en pratique. On le retrouve dans quelques appareils de chez Sony (comme le DSC-FX77) mais la compatibilité sur les ordinateurs est faible.

Inutile, donc probablement indispensable

Je suis toujours un peu dubitatif tout de même. Ça marche mieux que ce que je pensais… mais ça marche quand même très mal. C’est lent, vraiment pas ergonomique et je me demande toujours qui aurait voulu faire ça en 2001. Enfin, je me doute un peu de la réponse (les technophiles/geeks) mais ça reste un mystère : même en 2001, il y avait des appareils bien plus adaptés. Pour Sony, c’était par contre une sorte de démonstration intéressante de la technologie, et la société japonaise a proposé la même chose dans d’autres modèles de caméscopes pendant un an ou deux.