Tag Archives: Graveur

Dessiner sur un CD : LabelTag (bis)

Récemment, j’ai (re)joué avec des graveurs de DVD suite à une vidéo. J’ai reparlé de LightScribe et je me suis posé une question : et LabelTag ?

La bidouille originale de MacBidouille : iTune et les graveurs

Un article un peu particulier, une sorte d’hommage à MacBidouille (et à Lionel), un site qui m’a souvent donné beaucoup d’idées. En lisant un vieil article parlant de la naissance du site, je suis tombé sur la première bidouille, celle qui a fait sa réputation en 2001. Et j’ai tenté.

Un graveur dans un PowerBook 1400 (et un échec)

Comme promis : j’ai installé un graveur dans un PowerBook 1400. La méthode pour l’installation reste pratiquement la même que pour le lecteur CD 24x, il suffit de trouver un modèle avec exactement le même design. Pas si simple.

Dessiner sur un CD : LabelTag (4)

Pour terminer la série, je voulais tester LabelTag, la technologie de Lite-On, qui permet – comme DiscT@2 – de dessiner sur la partie dédiée aux données. Mais de temps en temps, je me plante, et mon budget est un peu léger pour chercher un modèle précis. Je m’explique.
CD-800x800

Dessiner sur un CD : DiscT@2 (3)

Troisième sujet sur la gravure de dessins sur des disques : DiscT@2. Une technologie assez rare, liée à LabelFlash, qui permet de dessiner sur la partie « données » d’un DVD.
CD-800x800

Dessiner sur un CD : LabelFlash (2)

Je parlais récemment des solutions d’impression sur un CD, il en existe une seconde, après LightScribe : LabelFlash.
CD-800x800

Dessiner sur un CD : LightScribe (1)

Dans le temps, quand les CD et autres DVD étaient encore à la mode, personnaliser les disques était un peu le graal, pour les compilations, les photos, les données. Les clés USB et le cloud sont passés par là, mais il est intéressant de regarder ce qu’il était possible de faire. Première étape, le LighScribe.
CD-800x800

Question pratique : un graveur pour MacBook Air ou Mac mini

On voit souvent passer des graveurs de DVD externes à des prix assez faibles (comme ce graveur LaCie pour 30 €), mais est-ce vraiment intéressant sur un Mac ? Oui et non. Pour avoir testé avec un graveur LaCie FireWire et le graveur Apple vendu assez cher (80 € sur l’Apple Store), celui d’Apple garde quelques avantages, malgré son prix élevé.

D’abord, c’est un détail mais c’est pratique, c’est un mange disque. Ca évite de casser le tiroir en l’ouvrant (j’en ai éclaté un comme ça…). Deuxièmement, il est reconnu comme un lecteur Apple (pratique avec certains softs) et il permet de lire des DVD sans bidouiller. Il a aussi l’avantage de nécessiter 1 A pour fonctionner correctement. Oui, c’est un avantage : les lecteurs classiques ne savent utiliser que 500 mA (la norme en USB) et certains ne gravent pas à pleine vitesse quand ils sont alimentés en USB. Le lecteur Apple ne pose pas ce problème, mais ça limite sa compatibilité. Enfin, le lecteur Apple fonctionne avec le bouton d’éjection des claviers, ce qui est toujours agréable.

Il a aussi quelques défauts : le câble est ridiculement court, il ne fonctionne que branché en direct sur la machine et surtout, il ne fonctionne sur les Mac mini et MacBook Air.

Plus concrètement, j’utilise depuis environ 4 ans des lecteurs externes, et j’en ai usé trois avant de passer au modèle Apple. Le premier, un modèle FireWire, j’ai cassé le tiroir. Le second, un combo Blu-ray, n’était pas reconnu systématiquement et gravait difficilement à vitesse maximale (8x). Le dernier, c’était un lecteur mange disque placé dans le boîtier FireWire, et c’était peu pratique à cause de l’épaisseur du lecteur, trop faible. Et j’en avais marre de modifier le lecteur DVD d’Apple à chaque mise à jour pour lire un film.

Avec le lecteur Apple, je ne dois plus modifier le lecteur de DVD Apple mais bien mon système… Mais il est rapide, joli sur le bureau et je ne risque pas de casser le tiroir.

Reste que je conseille le lecteur Apple à ceux qui ont un usage régulier du lecteur, si c’est pour installer Windows, trois jeux et deux programmes, un lecteur comme celui de LaCie ou un Samsung sera amplement suffisant.