Récupérer des données : les SyQuest

Après des sujets sur les ZIP (qui a du succès), les DVD-RAM ou les LS-120, je m’intéresse aujourd’hui à une marque qui a fait les beaux jours des utilisateurs de Mac dans les années 80 et 90 : SyQuest. Et ce n’est pas franchement simple.

Le problème des SyQuest vient du grand nombre de disques. Alors qu’Iomega a trouvé le succès essentiellement avec les ZIP (100, 250, 750) et les JAZ (1 et 2 Go), SyQuest a lancé pas mal de disques différents. Sans même prendre en compte les premières générations (plutôt rares), on trouve des disques 5,25 pouces de 44, 88 et 200 Mo, des disques 3,5 pouces de 105 et 270 Mo, des disques 3,5 pouces de 135 et 230 Mo ou des disques de 1 Go (les SparQ). Et encore, la page Wikipedia en cite d’autres.

Les cartouches SyQuest et les lecteurs

Une cartouche SyQuest, dans son fonctionnement, est proche d’un disque dur. Un plateau magnétique rigide dans une coque rigide. Pour simplifier les choses, la cartouche contient les plateaux et le lecteur contient les têtes de lecture. Les cartouches sont relativement fiables dans le temps, tout du moins en suivant un conseil simple : ne pas laisser de cartouches dans un lecteur. Elles contiennent les plateaux et la moindre poussière sur ces derniers risque de poser des problèmes (comme dans un disque dur, scellé). Quand la cartouche est dans le lecteur, elle n’est pas totalement étanche et les chances d’endommager le disque augmentent. Vous trouverez pas mal d’informations sur ce site.

Deux cartouches

Commençons par les cartouches 5,25 pouces. Il existe trois générations de cartouches : 44 Mo, 88 Mo et 200 Mo. Ensuite, il existe quatre générations de lecteurs (pourquoi faire simple) : 44, 88, 88 et 200 Mo. La rétrocompatibilité chez SyQuest est assez bonne : sauf avec la première génération de lecteurs 88 Mo, elle est (presque) totale en descente. Un lecteur 88 Mo peut donc lire, écrire et même effacer un disque de 44 Mo. Tout comme un lecteur 200 Mo peut le faire. La compatibilité a juste une faille : elle ne peut pas formater les disques d’ancienne génération. Il faut bien prendre en compte la différence entre formater et effacer. Le formatage dans les SyQuest consiste à mettre en place la structure du disque en gérant les erreurs, les secteurs défectueux, etc. Une cartouche effacée avec un aimant va nécessiter un formatage. L’effacement, lui, est au sen logique : vous pouvez donc changer de système de fichiers, effacer les données, etc. sans aucuns soucis.

Une cartouche 5,25 pouces de 88 Mo

• Un lecteur 44 Mo peut lire, écrire, effacer et formater les disques de 44 Mo.
• Un lecteur 88 Mo de première génération peut lire, écrire, effacer et formater les disques de 88 Mo et uniquement lire les disques de 44 Mo. Ce modèle a été abandonné rapidement.
• Un lecteur 88 Mo de seconde génération peut lire, écrire, effacer et formater les disques de 88 Mo et lire, écrire et effacer les disques de 44 Mo.
• Un lecteur 200 Mo peut lire, écrire, effacer et formater les disques de 200 Mo et lire, écrire et effacer les disques de 44 Mo et 88 Mo.

Un lecteur 200 Mo dans un boîtier D2 (aka LaCie)

Avec un lecteur 200 Mo, vous pouvez profiter de toutes les cartouches sans grosses contraintes de compatibilité. Attention à un point, peu important en 2018 : l’écriture est plus lente sur les modèles de grande capacité. Plus exactement, un lecteur 200 Mo écrit moins vite sur une cartouche de 44 Mo qu’un lecteur 44 Mo.

Dans les cartouches 3,5 pouces, l’idée est la même. Il existe deux capacités (105 et 270 Mo) avec une rétrocompatibilité correcte.

Une cartouche de 270 Mo

• Un lecteur 105 Mo peut lire, écrire, effacer et formater les disques de 105 Mo.
• Un lecteur 270 Mo peut lire, écrire, effacer et formater les disques de 270 Mo et lire, écrire et effacer les disques de 105 Mo.

Un lecteur 270 Mo dans un boîtier MacWay

SyQuest a aussi vendu des disques EZ (135 et 230 Mo), des SparQ (1 Go) ou des SyJet (1,5 Go), mais la société était déjà en train de disparaître.

Récupérer des données

Si vous devez récupérer des données sur des SyQuest, la première chose à vérifier est simple : est-ce que la cartouche a été stockée dans le lecteur. Si oui, c’est mal parti. Ensuite, il faut vérifier le lecteur. Comme expliqué précédemment, les deux générations principales n’ont pas la même taille physique. les cartouches 44, 88 et 200 Mo nécessitent un lecteur 5,25 pouces (le format des lecteurs optiques), les cartouches 105 et 270 Mo nécessitent un lecteur 3,5 pouces (format lecteur de disquettes).

Les prises Centronics

En 2018, le principal problème va être de trouver un lecteur et – surtout – le connecter. A ma connaissance, les lecteurs n’existent qu’en SCSI (les “EZ” existent en parallèle et en IDE), soit en version interne, soit en version externe. Si vous avez un PC de bureau, la solution idéale consiste à trouver une carte SCSI (il en existe en PCI-Express) en espérant qu’un pilote existe. Ensuite, il faudra trouver les bonnes nappes et (ou) adaptateurs pour connecter le lecteur. Les modèles internes utilisent généralement du SCSI 50 broches comme les disques durs de l’époque, les modèles externes, eux, une prise Centronics. La seconde solution, la mienne, passe par un (rare) adaptateur USB. C’est franchement lent (12 Mb/s, merci l’USB) mais ça fonctionne sur les OS récents tant que le périphérique peut utiliser l’ID 0 en SCSI.

Mon adaptateur USB

Une fois le lecteur connecté, il faut insérer la cartouche et armer le bras. Normalement, ensuite, la cartouche devrait monter sur le bureau. Attention, les cartouches formatées en HFS (donc sur Mac) ne fonctionnent évidemment pas nativement sous Windows. Avec macOS High Sierra, pour le moment le HFS résiste encore en lecture.

Une cartouche 270 Mo sous macOS


Une cartouche 88 Mo sous macOS

Comme pour les ZIP, je peux vous aider si vous avez une cartouche à récupérer. J’ai le matériel nécessaire pour relire les cartouches 3,5 pouces (105 et 270 Mo) et 5,25 pouces (44, 88 et 200 Mo) et transférer les données sur un média plus moderne. Si vous avez besoin d’aide, contactez-moi. Ce n’est pas un service commercial et je ne certifie absolument pas que je vais réussir à relire les données, mais si le média semble en bon état, je devrais réussir à récupérer les données et à vous aider.

Si vous avez des anecdotes, des informations ou des choses à corriger (je n’ai pas utilisé de SyQuest dans ma jeunesse), les commentaires sont là.