Un radiateur sur un SSD M.2

J’en ai déjà parlé, j’utilise des SSD M.2 (en barrette) en externe, en Thunderbolt. Et les SSD de ce type, surtout en PCI-Express, chauffe pas mal. Mais il existe des solutions.

J’utilise une carte QNAP dotée de deux emplacements M.2 PCI-Express (la même que là, mais sans l’Ethernet). Elle possède un radiateur qui recouvre mal les SSD, et un ventilateur que j’ai décidé de débrancher, je n’aime pas le bruit. Par défaut, les SSD sont assez chauds : plus de 55°C. Le problème, outre le fait que ce n’est pas très bon pour le matériel, vient du fait que les SSD disposent de sécurité. Au-delà d’une certaine température (qui dépend du modèle de SSD, mais généralement aux alentours de 75°C), les performances diminuent. Assez logiquement, la température dépend essentiellement de l’usage : si vous écrivez beaucoup, le SSD chauffe.

En charge dans un des tests

La solution du radiateur

Le choix le plus simple passe par un simple radiateur. Enfin, plus exactement, le plus simple dans mon cas. Dans les boîtiers externes compacts, le boîtier fait normalement office de radiateur si le constructeur fait bien son travail. De même, dans les PC portables, il vaut mieux que le fabricant pensent au problème au départ, soit en mettant le SSD sous le système de refroidissement, soit en utilisant la coque. Dans une carte comme la mienne ou dans une tour classique, le choix du radiateur reste le plus évident.

Des radiateurs basiques


Une feuille de pad thermique

J’ai simplement acheté des radiateurs et des pads thermiques. Pourquoi les deux ? D’abord parce que le pad fourni avec les radiateurs tient mal. Ca risque de tomber assez rapidement (et ça m’est arrivé). Ensuite parce que le pad thermique à découper fonctionne bien mieux. Bien évidemment, il faut identifier le contrôleur, pas besoin de refroidir la mémoire.

Sans le pad


Avec le pad (avant la mise en place du second radiateur)

Mais ça donne quoi ? De base, sans rien, un des SSD montait à 59°C. Après 5 minutes de test (Blackmagic Speed Test en boucle), le SSD monte à 81°C. C’est très chaud. Avec juste les radiateurs (et le pad d’origine), le SSD passe à 50°C en idle et à 76°C en charge, mais il faut un certain temps pour y arriver. En clair, sauf si vous transférez des centaines de Go, ça n’arrivera pas (5 minutes de burn, c’est l’équivalent de 450 Go sur ce SSD). Et avec un vrai pad thermique (à découper), je suis passé à 46°C en idle et 72°C en grosse charge, soit un bon 10°C de gagné.

Au repos, c’est significativement plus bas

Petit bonus, s’il vous reste des radiateurs et des pads (c’est mon cas), c’est parfait pour refroidir correctement un Raspberry Pi 3, et votre carte vous remerciera.